Informatique, Internet , Logiciels libres, photographie et petites histoires.

Étiquette : Ubuntu Page 2 of 8

Premiers test de la nouvelle Ubuntu.

Comme d’habitude j’ai installé la nouvelle version de la distribution GNU/Linux Ubuntu dès la sortie de la version béta il y a une semaine. Voici un petit tour des principales nouveauté de cette version nommé Karmic Koala (koala charmeur je crois).

Je ne vais pas ici vous faire l’énumération complète de toutes les nouveautés je vais me concentrer sur une présentation un peu plus détaillée des nouveautés les plus visibles, celles auxquelles vous serait confronté dans un usage quotidien.

Petite remarque au passage sur la stabilité, comme d’habitude elle est au rendez vous. J’aimerais voir des versions béta aussi stable plus souvent. Les mises à jours continuent à se succéder rapidement (jusqu’à deux fois par jour parfois) et je n’ai pas eu droit à un seul plantage, de quoi frustrer n’importe quelle testeur. Il m’arrivait parfois (très occasionnellement) d’avoir le PC qui se gelait totalement et pour l’instant cela ne m’est pas arrivé une seule fois mais une semaine est un délai un peu court pour en être certain. Je sais que je le répète à chaque fois mais c’est simplement que je suis à chaque fois impressionné par cette stabilité.

Les nouveautés maintenant :

La première qui saute aux yeux est le processus de démarrage. Non seulement il est bien plus rapide mais en plus il paraît visuellement bien plus léché et finit. La vitesse de chargement s’est améliore que ce soit jusqu’à l’écran de connexion ou jusqu’à l’accès au bureau. L’amélioration de l’aspect visuel a été obtenu en homogénéisant l’aspect graphique des différents écrans de démarrage avant ou après la connexion et ce même écran de connexion. Il en ressort l’impression d’un seul et unique processus et non plus d’une succession d’étapes accompagné de saut d’affichage et de changement de résolution ou de configuration. Un autre changement dans ce processus ce sont les préférences de l’écran de connexion qui ont été largement simplifié, il ne reste plus que la possibilité d’activer ou non la connexion automatique avec ou non un délai d’attente. C’est certes limité mais personnellement je ne me souviens pas en avoir utilisé d’autres.
Évidemment le revers de la médaille de cette simplification est le manque de personnalisation qui en découle puisque l’on ne peut plus changer le thème de l’écran de connexion ni l’écran de l’ouverture de session de Gnome. Je dois bien reconnaître que ça me gêne un peu. L’extrême personnalisation de GNU/Linux est un de ses avantages majeur et c’est un peu dommage de perdre cela mais le choix se tient, Ubuntu est une distribution grand public pour lequel la facilité d’utilisation primera toujours et il faut avouer que la multiplication des options de Gdm avait de quoi faire peur au quidam moyen. Quant à l’apparence visuel elle donne un aspect fini et professionnel qui est nécessaire pour convaincre ce même grand public1 Personnellement je vais continuer à suivre cela et voir son évolution. Je comprends le choix qui a été fait même si je regrette un peu ce que l’on y perd. L’idéal serait de concevoir un outil permettant de gérer les thèmes des différents composants du démarrage en un seul bloc, cela permettrait de concilier personnalisation, homogénéité et simplicité.

La deuxième nouveauté d’importance apparait une fois arrivé sur le bureau Gnome : il s’agit de l’intégration des deux applets de notification à droite du panneau supérieur.
Tout à droite vous avez «l’applet de notification de session». Il regroupe toutes les fonctionnalités de gestion de session (déconnexion, verrouillage, session invité etc…), d’arrêt et redémarrage de l’ordinateur et d’indication de votre statut de messagerie instantanée et ceci sans même charger un logiciel dédié. Cela est rendu possible grâce à l’intégration de Gnome de la librairie telepathy qui supporte de nombreux protocoles de messagerie.2 Évidemment pour les fonctionnalités avancés il vous faudra démarrer Empathy le client adéquat.

C’est justement Empathy que l’on va utiliser comme exemple pour illustrer le fonctionnement du deuxième applet. Nommé «applet de notification», il a pour vocation de regrouper l’ensemble des notifications que les programmes « résidents » type messagerie instantanée proposent. Vous avez lancé Empathy, mais vous n’en avez plus besoin. vous la fermez via la croix de la fenêtre, elle se ferme mais pas l’application en elle même, elle est simplement masqué, les notifications de cette application (contact qui se connecte par exemple) vous seront présenté via le menu de l’applet de notification. Si vous en avez de nouveau besoin ce même menu vous permet de retrouver rapidement la fenêtre. Par contre si vous voulez l’arréter complètement faites le via le menu et vous ne serez plus dérangé. Et cerise sur le gâteau cela sans même changer le statut que vous avez choisi grâce à l’applet de session, Redoutable non? 
Alors quel est vraiment l’intérêt de tout cela.

  1. Tout regrouper au même endroit : que l’application soit lancé ou simplement masqué elle est accessible par le même menu, c’est simple et efficace.
  2. Éviter de multiplier les icônes dans la zone de notification qui n’est pas faites pour cela.
  3. Éviter de multiplier les fonctionnements différents d’une application à l’autre et la multiplications de options correspondantes. ici c’est simple : fermer par le menu je quitte complètement, la croix ne fait que fermer la fenêtre point final, c’est clair et explicites. Certes on peut ne pas être d’accord avec ces choix mais ceux ci on l’immense mérite de l’homogénéité.

Il est vrai que cela peut paraître tordu au début mais on se fait vite la main et pour peu que les applications qui viendront s’y intégrer gardent toutes le même comportement homogène cela va être d’une irrésistible efficacité.
Bien sur tout n’est pas parfait encore. Les applications qui s’intègre a cette applet ne sont pas très nombreuses pour l’instant.3 Et pour certaines l’intégration n’est pas toujours parfaite, notamment Gwibber. Mais aussi il n’est pas toujours facile de distinguer visuellement dans le menu quelles sont les applications qui ne sont pas lancé de celles qui sont simplement masqué. Les premières voyant une description s’afficher sous l’élément lui correspondant dans le menu ce n’est pas ce qui se fait de mieux il faut bien le reconnaître un système d’icône coloré par exemple aurait été pas mal.
J’espère un jour voir claws-mail s’y intégrer, si cela peut être fait de manière optionnelle pour ne pas créer une dépendance envers Gnome. Je ne sais pas si je vais pouvoir m’y attaquer techniquement parlant mais si je peux au moins essayer de pousser en ce sens je n’hésiterais pas.

La troisième nouveauté est bien entendu le « Software Center », tentative de recyclage de l’AppStore d’Apple et de son succès. Dans le milieu du libre ça en fait frémir plus d’un mais pour l’instant il n’y a pas encore de quoi fouetter un chat. Tout les logiciels libre accessible auparavant le sont toujours de la même façon et pour l’instant il n’y a rien d’autre. Il est donc difficile de se faire une opinion. Quand au fait de rendre accessible facilement du logiciel propriétaire ça ne me gêne pas tant que cela si c’est clairement visible, si ça ne m’est pas imposé et si ça ne se fait pas aux dépends d’un équivalent libre. De plus je trouve l’approche par applications trié dans les mêmes catégories que dans le menu plus facile d’accès que l’approche par paquet plus classique d’un synaptic. Personnellement je préfère ce dernier mais je peux comprendre que ça perturbe bon nombre d’utilisateurs débutants.

Voila donc pour ce petit tour des nouveautés les plus visible de la nouvelle Ubuntu Pour avoir plus de détails sur les autres nouveautés vous les trouverez en anglais sur cette page.


  1. auquel se destine toujours Ubuntu, si ça vous pose des problèmes vous n’avez qu’a retourner chez Debian 

  2. notamment les populaires MSN et AIM ainsi que le libre jabber 

  3. Empathy, Gwibber et Évolution pour l’instant 

Utiliser Dropbox sans nautilus sur plate-forme Debian / Ubuntu

Dropbox est un service en ligne qui fournit un espace de stockage pour vos fichier. Rien de bien extraordinaire me direz vous sauf que ce service a deux particularité qui le rendent intéressant.

  1. Ils fournissent un logiciel de synchronisation automatique aussi pour Gnu/Linux
  2. Ce logiciel est sous licence GPL donc libre

Le service idéal donc? Presque car un petit détail coince encore un peu : À priori ce logiciel n’est prévue pour fonctionne qu’avec Nautilus le navigateur de fichier de Gnome. Mais en fait on peut très bien après quelques manipulations passer outre cette limitation.

Comment faire

Cette procédure est basé sur cette page du wiki dropbox.

Ouvrez une fenêtre de terminal et placez vous dans votre dossier personnel.

Télécharger la version adéquate du client (la version 32 bit ou 64bits) en fonction de votre plate-forme

# par exemple pour la version 32 bit ça donne cela
$ wget -O dropbox.tar.gz http://www.getdropbox.com/download?plat=lnx.x86

On décompresse l’archive avec la commande tar
$ tar zxovf dropbox.tar.gz

On va maintenant utiliser un script python pour compenser l’absence de certaine bibliothèque.
D’abord on le télécharge :
$ wget http://dl.getdropbox.com/u/6995/dbmakefakelib.py
et on l’exécute :
$ python dbmakefakelib.py
À la fin ce script lance dropbox qui vous affichera un assistant permettant d’entrer les informations nécessaire au fonctionnement du service.
J’ai testé en me connectant sur un compte que j’avais créé auparavant directement sur le site dropbox n’ayant pas testé la création de compte via l’assistant je vous conseille de faire de même.

Une fois que cela est fait une icône est présente dans la zone de notification qui vous permettra d’accéder aux services dropbox.
Arrêter l’application pour pouvoir récupérer la main dans le terminal.
Maintenant il va falloir faire en sorte de démarrer dropbox à chaque démarrage de votre ordinateur.
ceci n’est valable que pour les distributions Debian ou basé sur Debian tel que toutes les variantes d’Ubuntu. D’autres scripts sont disponibles sur la page dont je me suis inspiré mais n’ayant pas pu les tester je préfère ne pas m’étendre dessus
Récupérez le code du script ci dessous et collez le dans votre éditeur de texte préféré.

# dropbox service
DROPBOX_USERS="user1 user2"
start() {
echo "Starting dropbox..."
for dbuser in $DROPBOX_USERS; do
HOMEDIR=`getent passwd $dbuser | cut -d: -f6`
if [ -x $HOMEDIR/.dropbox-dist/dropboxd ]; then
start-stop-daemon -b -o -c $dbuser -S -x $HOMEDIR/.dropbox-dist/dropboxd
fi
done
}
stop() {
echo "Stopping dropbox..."
for dbuser in $DROPBOX_USERS; do
HOMEDIR=`getent passwd $dbuser | cut -d: -f6`
if [ -x $HOMEDIR/.dropbox-dist/dropboxd ]; then
start-stop-daemon -o -c $dbuser -K -x $HOMEDIR/.dropbox-dist/dropbox
fi
done
}
status() {
for dbuser in $DROPBOX_USERS; do
dbpid=`pgrep -u $dbuser dropbox`
if [ -z $dbpid ] ; then
echo "dropboxd for USER $dbuser: not running."
else
echo "dropboxd for USER $dbuser: running (pid $dbpid)"
fi
done
}
case "$1" in
start)
start
;;
stop)
stop
;;
restart|reload|force-reload)
stop
start
;;
status)
status
;;
*)
echo "Usage: /etc/init.d/dropbox {start|stop|reload|force-reload|restart|status}"
exit 1
esac
exit 0


À la deuxième ligne du script remplacer user1 et user2 par les login des utilisateurs de votre ordinateur qui pourront utiliser dropbox. Attention n’effacez pas les guillemets et séparez les différents nom par des espaces.

Enregistrez le sous le nom de dropbox puis copiez le dans le répertoire /etc/init.d/
sudo cp dropbox /etc/init.d/dropbox
Il faut maintenant faire en sorte qu’il puisse être exécuté :
sudo chmod +x /etc/init.d/dropbox
Et enfin l’ajouter aux services à démarrer automatiquement
update-rc.d dropbox defaults
Normalement au prochain démarrage de votre ordinateur Dropbox sera directement accessible. Pour qu’il le soit tout de suite sans avoir à redémarrer faites :
sudo /etc/init.d/dropbox start

Quelques (petites) restriction malgré tout.

Il faut bien reconnaître que malgré tout il reste quelques limitations avec cette méthode. L’ensemble de l’intégration disponible dans nautilus n’existe bien entendu pas avec votre navigateur de fichier. Mais la grosse majorité des fonctions est présente et le service est tout à fait utilisable.
Il est d’ailleurs dommage que ses concepteurs n’aient pas pensé à plus séparer les composants de leur application. En fournissant d’un coté le paquet avec le daemon et d’un autre un paquet avec les mécanisme d’intégration au navigateur de fichier il aurait été bien plus facile à la communauté de l’adapter à d’autres environnements.

Voila maintenant à vous de faire…

Dell et Ubuntu : véritable intéret ou simple stratégie de communication?

Je viens de tomber sur ce billet Dell is ashamed of its Ubuntu-powered laptops d’un blogueur espagnol qui raconte une histoire surprenante qu’il a découvert en voulant s’acheter un portable Dell équipé de la distribution GNU/Linux Ubuntu.

l’histoire

Je résume pour les anglophobes : Pour faire son achat il se rend sur le site espagnol de Dell dédié aux ondinateurs vendu avec Ubuntu à l’adresse dell.es/ubuntu et là surprise il n’y a que des netbooks disponibles. Souhaitant se procurer un XPS- M1330 (anciennement disponible avec Ubuntu) il décide de s’en procurer un quitte à se faire rembourser par la suite la licence Windows1 . Afin de s’en assurer il contacte un commercial sur le chat Dell et lui demande comment se procurer ce modèle sans Windows et là énorme surprise le commercial lui fournit ce lien vers le modèle voulu avec Ubuntu2 ! Étrange quand même Dell masquerait volontairement une partie de sa gamme ! surprenant et difficile à comprendre.

Mais encore

Si on fouille un peu on s’aperçoit que c’est l’ensemble des sites européen de Dell qui sont concerné. Sur le site américain (dell.com/ubuntu) l’ensemble de la gamme est disponible.
Pratique difficile à comprendre quand même. Si encore ils cherchaient à limiter la vente à certaines zones géographique ce serait logique mais ce n’est pas le cas puisque dans notre exemple ce blogueur a pu acheter le modèle qu’il voulait. Il faut bien reconnaître que la logique de tout cela semble confuse.

Qu’en conclure

Faut-il en penser que la stratégie de Dell concernant l’offre Ubuntu n’est qu’une campagne de communication à destination des geek et qu’ils ne veulent pas que ces produits se vendent tant que cela? Cela reste difficile à croire quand même car c’est vraiment tordu3 et dans ce cas pourquoi ces mêmes modèles restent ils disponibles sur le site américain?
Ou alors y-a-t-il une réelle différence dans le succès de cette offre entre les états-unis et l’Europe ou une réelle difficulté pour Dell à fournir ces machines sur le vieux continent?
On peut aussi soulever l’option de pression de la part de Microsoft mais dans ce cas pourquoi ne pas mettre les même restriction sur le site américain?
Difficile de vraiment en tirer une conclusion si ce n’est malgré tout l’impression d’un gros foutage de gueule de la part de Dell dont l’image ne va pas vraiment sortir grandie de cette histoire.

Bref ce serait bien que maintenant que le lièvre est soulevé Dell y réponde.


  1. Visiblement il n’y a pas qu’en France où la vente lié commence à être attaqué 

  2. lien en erreur à l’heure actuelle 

  3. même si je ne serais pas surpris qu’un marketeu quelconque puisse avoir ce genre d’idée mais en général ils font ça plus finement 

La Matrice tourne sous Windows XP

Vous connaissez peut-être déjà cette vidéo mais comme je viens de la découvrir je ne peux pas résister à l’envie de vous en faire profiter.

Bon d’accord c’est de l’humour de geek mais ça m’a valu une bonne tranche de fou-rire.

source : La Matrice tourne sous Windows XP.

Histoire d’une découverte d’Ubuntu

J’imagine que les plus geek d’entre vous sont déjà au courant mais je le signale pour les autres. Je vous conseille de lire la chronique Linux : le journal d’un novice Il s’agit de l’histoire d’un journaliste confronté à sa première découverte d’un système GNU/Linux en tentant une migration vers Ubuntu
Ces 12 chronique racontent par le menu les différentes étapes de cette migration avec les inévitables inquiétudes et question que cela soulève ainsi que les solutions. Une histoire trés intéressantes qui pourraient achever de convaincre ceux qui hésitent encore.

Je ne peux m’empêcher de citer quelques extraits de l’épilogue :
d’abord ça :

Si vous avez lu les différents épisodes, vous aurez compris que se mettre à Linux n’a rien d’éprouvant. C’est même une expérience plutôt amusante faite de découvertes et de surprises. Je n’avais pas, c’est vrai, de grandes craintes avant de m’attaquer à ce nouveau système. Mais quand même. Je ne m’attendais pas à autant de convivialité.

et ensuite cela :

S’il fallait aujourd’hui que j’installe un système pour un ami qui n’est pas fondu de jeux vidéo, je pense qu’Ubuntu serait le choix le plus judicieux. Ne serait-ce que pour la sécurité de son ordinateur, la simplicité de l’ajout de nouveaux logiciels ou encore l’ergonomie finalement très bien pensée de l’ensemble. Une fois qu’on a un Ubuntu bien installé qui tourne comme il faut, l’utilisation au quotidien est un vrai plaisir.

En résumé Ubuntu/Linux est convivial, sur et simple. Que demander de plus.

Qui a dit que Linux était compliqué. ou comment configurer une connexion ADSL avec Ubuntu

Comment configurer une connexion ADSL (appelé aussi conexion PPOE)

Mauvaise nouvelle de la journée : ce matin en allumant le PC je m’aperçois que mon Routeur/Modem ADSL est en rade! Argh Oh rage Oh désespoir plus de connexion internet et ce n’est vraiment pas le moment.

La solution : ressortir le bon vieux modem ethernet de sa boite et configurer la connexion à la main. Mais problème : depuis le temps que j’utlise un routeur je ne sais même pas comment on fait ça avec XUbuntu.

En fait c’est très simple, même plus simple que sous Windows XP et je vais profiter de l’occasion pour le montrer aux sceptiques

Lancez l’outil de configuration réseau. cliquer sur le bouton Dévérouiller et entrer son mot de passe,Configuration réseaux

Sélectionner la connexion Point à point et cliquer sur propriétés. Propirétés connexion point a point
Dans type de connexion choisir Connexion PPOE et entrer les identifiants fournis par la FAI.

Dans l’onglet Modem choisir l’interface réseau à laquelle le modem est connecté.
Sélection interface réseau

Régler les dernières options dans l’onglet « Options »
Options de connexion

Validez tout ça et voila votre connexion internet est disponible. Même pas besoin de redémarrer l’ordinateur.

Peut on faire plus simple ? Je ne crois pas. Même l’assistant de Windows XP est plus compliqué avec ses question à la noix.

Franchement qui peut encore dire que Linux est compliqué?

J’ai reçu mes CD Ubuntu

Ça y est. Ce fut un peu long cette fois ci mais j’ai fini par recevoir ma joli pochette Ubuntu. Le packaging est sympa comme d’habitude et on a droit à la petite planche d’autocollant habituelle.

CD Ubuntu 8.04

Dommage que l’on ne puisse plus commander plusieurs CD à la fois c’est plus facile pour diffuser. Mais maintenant on peut passer plusieurs commande ce n’est peut être pas forcément plus mal. C’est à voir

Un mémento des commandes Linux pour utilisateurs d’Ubuntu

Source : MumblyWorld

Le site web fosswire.com vient de publier un petit memento récapitulant diverses commandes linux de base et informations concernant Ubuntu disponible sur cette page
Il existe un version pdf et une version OpenOffice le tout étant publié sous contrat creative-commons BY-SA 3.0.

Je crois que je vais tenter de me lancer dans une version francophone restez branché je vous tiens au courant.

EDIT :
Finalement cela aura été plus rapide que prévu. voici un premier jet si quelqu’un veut bien me relire et corriger les grosses fautes que j’ai probablement laissé.
ubunturef-fr.odt

Comme proposé dans les commentaires je l’ai mis sur google doc pour ceux qui veulent y mettre leur grain de sel.

Ubuntu 8.04 sur ZD-net et des premiers essais des systèmes Linux en général

Source Standblog
ZDNet.fr site web d’actualité informatique n’est pas particulièrement reconnu pour son positionnement pro logiciel libres même si il faut bien reconnaître il ne pratique pas l’ostracisme habituel de beaucoup de leurs concurrent1.
Cela ne l’a pas empêché de titrer : Pourquoi Ubuntu 8.04 m’a convaincu.
À noter ces paragraphes concernant l’installation des logiciels.

Autre déception, ou plutôt déstabilisation : l’installation de nouveaux logiciels. Comme je l’ai lu par la suite sur les forums spécialisés, il faut oublier les principes d’installation de Windows. Avec Ubuntu, l’ajout de nouveaux programmes se fait de manière centralisée, via un module dédié ou via des lignes de code à taper dans la console. Un peu comme avec « l’installer » de l’iPhone pour ceux qui ont testé le système. Terminé le principe d’aller sur site, de télécharger les données puis de lancer une installation automatisée.

Plutôt que la ligne de commande, j’opte pour l’utilisation de l’outil Synaptic qui offre au moins une interface graphique pour l’installation de logiciels. Pour installer, par exemple, le lecteur multimédia VLC, il faut taper VLC dans le moteur de recherche de Synaptic, qui va lui-même télécharger les paquets correspondants. Ensuite, après deux ou trois validations, le programme est installé. Ce n’est pas très compliqué mais assez déstabilisant. Sans doute que je m’y habituerais et qu’un jour je passerai même à la ligne de commande. Mais pour l’heure, le principe de Windows me semble plus naturel.

On voit bien que c’est un point qui perturbe beaucoup les débutants non pas parce que c’est difficile mais bien parce que c’est un mode de fonctionnement qui va à l’encontre des habitudes Windowsienne. Et je pense que c’est quelque chose que l’on doit bien faire comprendre: Linux n’est pas forcément meilleur2 mais surtout il est différent et il faut commencer par accepter ces différences pour vraiment l’apprécier.
Donc pour nous qui voulont populariser GNu/Linux ne nous trompons pas : Avant de persuader un utilisateur potentiel des avantages qu’il pourra retirer de l’utilisation d’un système Linux faisons en sorte qu’avant tout il accepte de se confronter à un système qui est différent. Je crois que c’est en faisant comme cela que l’on diminuera le nombre de déceptions suite aux premiers essais3.


  1. Même si la situation s’améliore je dois bien le reconnaître 

  2. même s’il l’est il faut bien le reconnaître 

  3. hormis les problèmes de matériel mais la on n’y peut pas forcément grand chose 

Une idée pour Ubuntu-Brainstorm.

Yekcim a rebordi sur mon billet concernant Ubuntu-Brainstorm et a proposé une idée



Certes le titre est un brin provocateur mais le texte résume clairement le propos. Je ne sais pas si cela aidera à résoudre le problème mais visiblement d’après certain commentaires sur le yekblog certains développeurs semblent conscient du problème mais à mon avis si on veut que le Brainstorm soit réellement utile il faut insister sur ce message.
Et pour cela : Votez pour cette idée et faites la connaître.

Page 2 of 8

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén