LordPhoenix's Blog

Informatique, Internet , Logiciels libres, photographie et petites histoires.

Quand Firefox se la joue fermé et oublie l’interopérabilité

L’un des arguments phare en faveur des logiciels libres c’est bien entendu l’interopérabilité. On entend par interopérabilité la possibilité de faire cohabiter plusieurs applications différentes utilisant les mêmes données grâce à des dispositifs de stockage des informations ouverts et connues de tous de façon à pouvoir au minimum convertir ces données dans des formats totalement exploitable par l’une ou l’autre des applications concernés. Une autre vision de l’interopérabilité c’est la subsidiarité à savoir que l’on doit pouvoir remplacer une application gérant des données par n’importe quelle autre application et ce sans avoir à se préoccuper du format utilisé pour stocker ces informations.

Malheureusement il me semble que petit à petit cette interopérabilité est en partie oublié par les développeurs de Firefox pourtant une des figures de proue du mouvement des logiciels libres.
Avant de me faire égorger je m’explique :
J’utilise comme navigateur courant Epiphany, navigateur officiel du projet Gnome reposant sur le moteur de rendu de page du projet Mozilla1 mais dont l’interface Utilise la bibliothèque Gtk+ ce qui lui permet d’être beaucoup plus léger2. Quand j’ai voulu tester la bêta 3 de Firefox j’ai cherché à importer ma liste de signet que j’avais déjà sous Epiphany ce que j’ai cherché à faire via l’outil d’importation de Firefox mais cela s’est avéré impossible. Apparemment sous Firefox si vous ne venez d’Internet Explorer, Opera ou Safari vous pouvez aller vous gratter pour récupérer vos données; comme interopérabilité on a quand même vu mieux. Quand à la subsidiarité je n’en parle même pas; remettre régulièrement à jour les marques pages de Firefox à partir d’Epiphany devient vite une corvée. En fait ça rend l’utilisation simultané des deux logiciels sur la même machine quasiment impossible.

Et encore je ne vous parle ici que des marques pages je n’ose même pas abordé le chapitre des mots de passe , des cookies ou des certificats SSL (oui je m’en sers pour me connecter à des sites qui utilise OpenID)

Heureusement Epiphany permet d’exporter les signets dans un format HTML que l’on peut ensuite récupérer dans Firefox mais évidemment il ne prend pas en compte les nouveautés du système de marque pages de la version 3 (et c’est tout à fait légitime ce n’est pas à un navigateur de gérer les nouveautés d’un autre) mais seuls les signets sont récupérables de cette façon pas les autres données

Certes on peut penser qu’il n’y a pas de raison particulière pour que Firefox gère tout les formats de tous les navigateurs Web de la planète ce à quoi je répondrai :

  • il s’avére que le format de fichier utilisé par Epiphany n’est pas un format innocent c’est un format RDF ouvert , basé sur XML et utilisé par bien d’autres navigateurs web du monde Linux (dont Konqueror navigateur phare de la plate forme KDE)
  • Firefox se veut être un modèle, les divers développeurs et responsable de la Fondation Mozilla se posent bien souvent en redresseur de tort et défendeurs des standards3 la moindre des choses serait peut être de penser à s’appliquer les leçons qu’ils donnent aux autres
  • Par rapport à bien d’autres projet de navigateurs web c’est probablement eux qui disposent des moyens les plus importants cela est donc beaucoup plus facile pour eux de prendre en compte d’autres formats de données que pour d’autres projet. De plus je ne pense pas que s’ils ont besoin d’informations quelconques sur un format de fichier ils aient du mal à l’obtenir. J’imagine mal un développeur d’un logiciel libre refuser de fournir une information de ce type à un développeur de la Fondation Mozilla

Certes se focaliser ainsi sur un simple problème d’import et/ou d’export d’une liste de favoris peut sembler futile et peu important mais je trouve que c’est symptomatique d’un risque important.
N’y a-t-il pas un risque qu’avec le succès certaines « bonne pratique » du logiciel libre soient oublié? N’est il pas plus important de penser ouverture et subsidiarité que de vouloir faire la course au test acid3.

Certes je fais encore suffisamment confiance à la fondation Mozilla pour ne pas craindre de les voir jouer les Microsoft mais quand je les vois utiliser les mêmes pratiques de versionning marketing et oublier comme ici certain format de fichier dans les possibilités d’import je me pose des questions.


  1. plus pour longtemps c’est vrai mais ça c’est une autre histoire 

  2. d’ou mon choix de ce navigateur 

  3. et en grande partie à juste titre il faut bien le reconnaître 

Précédent

Internaute : Souriez vous êtes fliqués

Suivant

À lire

5 Comments

  1. Je ne dirais qu’une chose : firefox bashing.

    Il m’a fallu 15 secondes dans epiphany pour trouver le moyen d’exporter les signets dans un format compris par Firefox : du html.

    Signets / Editer les signets / Exporter / Mozilla (html) dans la petite boite déroulante en bas de la boite de dialogue.

    Quoique cette fonction ne semble pas être fonctionnelle, car après 3 tentatives d’export au format html des signets d’epiphany, impossible de mettre la main dessus sur mon disque dur.

    Quand à l’export fx3 -> epiphany, il fonctionne parfaitement.

    Bref, si tu veux utiliser Epiphany, pourquoi ne pas utiliser sa version expérimentale avec Webkit ?

    Au moins, comme cela, tu ne seras plus ennuyé par les *censurés* codeurs de firefox.

  2. Ce qui manque, c’est peut être une standardisation des fichiers de stockages des signets, à la freedsktop.

    L’OpenID marche pas, il me demande quand même un nom et un e-mail.

  3. Heu, désolé de rester perplexe, mais même si je suis un utilisateur adepte de Firefox utilisant également de temps à autre Epiphany, je ne peux pas agréer à tes propos. En quel honneur Firefox devrait-il implémenter toutes les solutions de backup qui existeraient sur le marché ? Tout d’abord, la prise en compte de la majorité des formats disponibles fera toujours un ou des laissés pour compte et deuxièmement ce serait une chose très difficile à déployer et surement très gourmand en temps et en énergie.

    Ensuite, je ne pense pas qu’il s’agisse là d’un problème d’interopérabilité que l’on doit à Firefox mais plutôt à l’absence de normalisation dans ce domaine. En quoi Firefox et plus généralement la Mozilla Foundation serait-elle responsable de ce manque ?

    Enfin, si nous sommes dans l’optique de la culpabilité du navigateur, pourquoi incomber la faute à Firefox plus qu’à Epiphany à qui nous devons le choix de l’utilisation de cet autre format pour la sauvegarde des signets ?

    Je suis désolé de dire ça, mais je trouve que ce billet manque totalement d’une réflexion de fond et accuse à tort Firefox pour quelque chose dont il n’est pas (du moins pas entièrement) responsable. Je suis déçu par les conclusions hâtives qui ont été menées dans ce billet alors même qui je lis ce blog avec assiduité depuis plusieurs semaines désormais.

    Attention à ne pas faire des amalgames un peu rapides qui peuvent mener à des conclusions parfois bancales pour s’assurer un titre somme toute racoleur. ;-)

  4. Je tiens juste a faire taire un mensonge.
    SUr windows quand tu installes firefox tu peux importer les favoris en provenance de IE, donc c’est sûrement par manque de temps plutôt que d’ouverture car il le propose pour le plus gros concurrent qui en plus n’est pas libre.

  5. firefox propose l’importation des favoris d’IE parce qu’il est sur de trouver le navigateur et que la majorité des personnes migrant sous windows ont ou utilisent encore IE.

    pour ce qui est de l’intéropérabilité, ce terme s’applique aux applications dont les interfaces sont connues, documentées et accessibles.
    jusqu’à preuve du contraire, que ce soit pour firefox ou pour epiphany, c’est le cas!

    sinon, l’export html de epiphany fonctionne très bien et l’endroit de stockage du fichier est demandé à l’utilisateur.

    bref, très très mauvaise utilisation du terme interopérabilité !

Les commentaires sont fermés

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén