Archives pour l'étiquette interface

La nouvelle interface de Firefox 4

La sortie de Firefox 4 approche et cela fait maintenant plusieurs mois que j’utilise la bêta  il est donc temps de faire un état des lieux de son interface qui présente un nombre de nouveautés non négligeable. J’ai laissé la nouvelle interface dans sa configuration par défaut afin de tester ce que les utilisateurs auront par défaut et ce pendant plusieurs mois1 afin de prendre le temps de changer mes habitudes pour ne pas confondre ergonomie et confort de l’habitude.

Pour résumer : J’aime pas du tout

Autant le dire tout de suite je suis loin d’être emballé par cette nouvelle interface. J’ai personnellement suffisamment d’expérience pour faire avec si je n’avais pas le choix mais je crains que l’utilisateur lambda lui ait beaucoup de mal à s’y faire. En fait j’ai le sentiment d’une interface trop réfléchie et pensée qui de ce fait oublie complètement le coté pratique et la simplicité d’usage.

La disparition de la barre d’état fait que vous n’avez plus d’information sur l’avancement de vos téléchargement et oblige donc à utiliser systématique la fenêtre de téléchargement je ne vois pas ce que l’on peut trouver de plus simple dans le fait d’avoir une fenêtre supplémentaire pour avoir une simple indication de progression…

L’organisation de la barre d’outil est l’illustration parfaite de ce que j’exposais en introduction : Les boutons Rafraichir/Arrêter fusionné avec l’extrémité droite de la barre d’adresse ça peut paraître plus intelligent, logique et réfléchi mais en fait à l’usage ça se révèle tout sauf pratique, malgré plusieurs mois d’utilisation impossible de faire en sorte que ces boutons tombent facilement « Sous la souris ». De même pour le bouton « Accueil » positionné à l’extrème droite, j’ai passé mon temps à le chercher… Le problème est que je n’ai pas vraiment d’explication à cela, ce n’est pas non plus quelque chose que l’on peut expliquer et argumenter car c’est en fait une question de ressenti.  Sachant que ce ressenti est souvent une question d’habitude j’ai tenu à tester pendant plusieurs mois mais non rien à faire. C’est peut-être due à l’habitude de lire de gauche à droite qui fait que l’on a tendance à aller chercher les boutons vers le coté gauche de la barre d’outils. je n’en ai vraiment aucune idée et ne je suis incapable de donner une explication rationnelle. Ceci explique peut-être cela d’ailleurs, peut-être qu’en terme d’usage tout n’est pas forcément à rationaliser. C’est d’autant plus difficile à explique que je me suis assez bien fait à la position du menu marques-pages à droite de la barre personnelle.

Le menu des marque-pages justement, autant j’aime bien son positionnement tout à droite de la barre personnelle2 autant je trouve qu’il y a trop d’élément « Technique » dans le haut du menu avant d’arriver aux marque-pages proprement dit. Les regrouper dans un ou deux sous menu aurait été judicieux à mon sens. J’ai partiellement résolu le problème en regroupant les deux éléments « Étiquettes récentes » et « Marqués récemment » dans un sous menu « récent » mais ce n’est pas suffisant à mon goût. Ceci dit ce n’est pas non plus une catastrophe.

Quand au nouveau menu lui il me fait carrément peur, non pas pour moi3 , mais pour l’utilisateur moyen ça risque d’être une autre histoire. Franchement vous voulez expliquer à quelqu’un qui fait à peine la différence entre le bouton démarrer de Windows et le logo de la marque de son écran en bas à gauche4 qu’il faut aller cliquer sur la petite flèche pour accéder au sous menu et que si l’on clique sur le texte ça déclenche autre chose? Franchement je souhaite bon courage aux gars qui font du support utilisateur dans les entreprise qui ont déployé Firefox. Accrochez vous les gars… De plus je ne sais pas comment ça fonctionne sous Windows mais pour la version Gnu/Linux si vous remettez les onglets en dessous de la barre d’adresse le menu suit, bon en même temps c’est . Autre incongruité de ce menu c’est la fonction de zoom qui disparait mais seulement du menu, chez mozilla ils ont inventé la fonctionnalité qui n’existe que par les raccourcis claviers, niveau ergonomie et simplicité d’utilisation on fait mieux, surtout que forcément la possibilité de ne zoomer que le texte a disparue avec.

Supposition et discussion sur le pourquoi du comment de la refonte de l’interface et de son inutilité.

Il ne sert a rien de se le cacher la nouvelle interface de Firefox est directement une réponse à Google qui commence à prendre des parts de marché significative avec son navigateur Chromium. Jusqu’à présent les gens laissaient tomber Internet Explorer pour passer à Firefox mais maintenant ils se dirigent plus facilement vers le Spy-Navigateur de Google. Google  et son aura ont réussi à persuader bon nombre d’utilisateur qu’il fallait totalement revoir l’interface de nos navigateurs soit disant pour gagner de la place pour une meilleur « expérience utilisateur ». C’est surtout un argument marketing parfaitement rodée qui consiste à camoufler l’absence de vrai nouveauté sous une nouvelle interface, Tactique que Microsoft maitrise parfaitement depuis des années avec sa suite bureautique Office. Google n’a fait que reprendre les leçons du maitre es innovations bidonné. Il est dommage que la fondation Mozilla se laisse entrainer sur ce terrain là plutôt que de proposer ses propres solutions et de mettre en avant les réelles avancées de son navigateur. Tenter d’entrer en compétition avec Google sur le terrain du markéting est un jeu dangereux pour la fondation Mozilla qui n’a pas les mêmes moyens. Se différencier des autres a été la voie gagnante depuis le début je ne vois pas l’intérêt de la quitter.

Surtout que le problème du manque de place est un faux problème. Pourquoi aurait-on besoin de gagner de la place à l’écran alors que les diagonales des écrans sont de plus en plus grandes? D’où ça vient cette idée?  Quelqu’un parmi vous a-t-il déjà entendu beaucoup d’utilisateur se plaindre de problème d’affichage de ses sites web favori par manque de place5 ? Personnellement non. Je pense que s’il y a un problème d’affichage des contenus web c’est du à la difficulté de les afficher correctement sur les écrans larges que les fabricants d’écrans ont fini par imposer. Je m’explique :

Le web est, et restera encore très longtemps, un média écrit. La multiplication des vidéos n’y changera rien6 , tant que Google sera sourd et aveugle le seul contenu indéxable (donc réellement existant) sur le web sera le texte. Or l’écrit s’adapte très mal aux formats larges. Ce n’est pas pour rien si les livres sont plus haut que larges depuis plusieurs siècles et que les articles des journaux sont écrit en colonnes. La solution serait pour le web de faire la même chose mais il n’existe toujours pas de solution viable pour afficher correctement du contenu sur plusieurs colonnes. Pour faire de la mise en page globale d’un site ça existe mais pour vraiment formater un texte long sur plusieurs colonnes etde manière dynamique en fonction de la taille de l’écran du visiteur  il n’y a rien. Essayer de grappiller quelques pixels en hauteurs pour compenser n’est au mieux qu’une mauvaise solution. De plus je suis persuadé que ça pourrait être très utile pour l’affichage sur les netbooks et les smartphones.

En conclusion

Attention ne prenez pas le contenu de cette article pour une volonté de descendre le boulot de la Fondation Mozilla. C’est avec un vrai arrière goût que je l’ai écrit. Sur le plan des fonctionnalités j’apprécie énormément Firefox il est, et restera encore longtemps, à mon avis, le meilleur navigateur disponible actuellement. Les critiques qui peuvent être faites sur l’interface ne doivent pas prendre le pas sur les indéniable qualité technique du logiciel, d’autant plus qu’il est tout à fait possible de revenir à l’interface classique ce que je me suis empressé de faire.

À voir plus tard.

Lorsque la version finale sortira je mettrais à jour le PC de mes filles de 11 ans, inutile de vous dire que je guetterais avec attention leurs réactions. Les réactions des enfants (moins formatés que nous par des habitudes) peuvent être de bons indicateurs pour savoir si une interface est intuitive ou non. Il se peut que je reviendrais sur mes propos à ce moment là mais j’en doute.


  1. depuis la sortie de la première bêta en fait 

  2. disposition qui existait déjà du temps de Netscape Cumunicator se je ne me trompes pas 

  3. pour tout dire je m’en sors très bien merci 

  4. ne rigolez pas c’est du vécu 

  5. hors utilisateur de notebook j’entends 

  6. d’autant plus que le ratio poids/utilité est clairement à l’avantage de l’écrit 

Unity dans Ubuntu 11.04 : Essayons de réflechir sans troller.

L’annonce de Mark Shuttleworth à propos de l’utilisation de Unity comme interface principale pour la version 11.04 d’Ubuntu a déclenché une vague de troll en tout genre dans l’univers Ubuntu ce qui a laissé peu de place à la réflexion et l’analyse.

Essayons de réfléchir un peu avant de se faire une opinion ça nous évitera la multiplication inutiles des copains d’Hébus.

Premier point : Qu’est ce que Unity et à quoi sert-il?
Unity ne remplacera pas Gnome mais uniquement Gnome-shell c’est à dire certain composant constituant uniquement l’interface graphique de Gnome.  Limiter Gnome à son interface est un raccourcis qui frise l’insulte pour bon nombre des développeurs qui contribuent à ce projet. Tout le reste de Gnome continuera à être présent sur Ubuntu et ce n’est pas rien, cela intègre un nombre non négligeable de librairies et d’application. Dire que Ubuntu tourne le dos à Gnome est donc totalement faux.
Deuxième Point : Pourquoi rejeter Gnome-shell?
Donc Mark Shuttleworth, en fait, ne veut pas de Gnome-shell. Interface prévue pour Gnome3 qui se veut changer radicalement l’usage de Gnome. Bon pourquoi pas… Le problème est que Gnome-Shell a été lancé en réaction à la sortie de KDE4 qui apportait un réel changement à par rapport à KDE3 ce qui a lancé une vague de réaction dans le style «Regardez KDE ils ont lancé plein de nouveauté de la mort qui tue et les développeurs de Gnome ils ne proposent toujours rien qu’est ce qu’ils foutent ces fainéants?» Le résultat un projet qui part sans savoir à quoi il sert ni ou il va, en général ça ne mène pas loin. Je ne pense pas que ceux qui critique le choix d’Unity ait vraiment testé Gnome-Shell. Honnêtement même si je pense que c’est une interface qui contient de bonnes idées je ne pense pas qu’elle soit vraiment utilisable par le grand public, or c’est quand même la cible d’Ubuntu. Franchement j’imagine très bien la réaction du windowsien migrateur face à Gnome-Shell avec la main sur la souris : «Elle est où la barre des tâches?» «Et mes programmes ? ils sont où?» Certes il est facile de les trouver mais ça ne tombe pas sous la main tout seul contrairement à ce que l’on peut penser… Il ne faut pas oublier que beaucoup d’utilisateur capable de faire preuve d’une vivacité d’esprit par ailleurs sont complétement bloqué face à un ordinateur. C’est un mécanisme très étrange et difficilement compréhensible le l’avoue mais ça existe, c’est comme l’ail pour les vampires on ne sait pas pourquoi c’est comme ça mais c’est le cas. Personnellement je trouve Gnome-Shell hyper efficace mais à condition de t’en servir au clavier, le coup de l’interface graphique à utiliser au clavier franchement ça va être dur à faire avaler à beaucoup. De plus j’ai eu souvent l’occasion de lire que les développeurs de Gnome-Shell étaient assez fermé aux contribution extérieurs en terme de conception de l’interface. Mark Shuttleworth voulant justement bousculer les choses du point de vue de l’interface la scission était peut-être finalement difficilement évitable.
Troisième point : Prendre l’Unity actuelle comme référence n’a pas de sens.
Pour évaluer l’intérêt de Unity pour le desktop tout le monde se base sur la version actuelle utilisé dans la version pour Notebook d’Ubuntu. Or en fouillant un peu on comprends vite que la version desktop ne sera pas la même, certain composant et principes de base vont rester bien sur mais pas tous. Il faut bien comprendre que l’un des critères important dans la conception de la version actuelle, à savoir la faible taille des écrans de notebook, n’existe plus pour la version desktop. Il ne faut pas se tromper ça fait une différence énormes en termes de cahier des charges. De la à se dire que la version finale comportera de grandes différences il n’y a pas un grand pas à faire. Le fait est que l’on a très peu d’information la dessus c’est vrai et c’est probablement le plus regrettable dans l’affaire.
Quatrième point : Posons les questions au lieu de troller ça permettra d’avancer.
On peut résumer tout cela assez simplement en fait : Unity-desktop sera une nouvelle interface dont on ne connait que peu de chose qui remplacera une autre nouvelle interface dont le peu que l’on sait c’est qu’elle sera difficilement exploitable par le grand public. C’est plutôt assez peu pour se faire une opinion ferme sur le sujet et clouer MS au pilori non? Certes cela soulève beaucoup de question, mais tout le monde trolle et personnes ne les pose. Par exemple Unity-desktop utilisera compiz, pourquoi pas, mais dans ce cas quid des problèmes de performance de compiz avec les pilotes libres? Personnellement quand j’active Compiz avec ma radeon 9200 au bout d’un moment ma machine se met à swapper comme une folle. comment je fais avec unity? C’est à cela que j’aimerais avoir des réponse pas besoin d’une foule qui hurle soit à l’abomination soit au génie. Les gens qui réfléchissent avanceront toujours plus que ceux qui hurlent…
Cinquième point : vous pourrez toujours virer Unity.
C’est à croire que même les Linuxiens avertis continuent à penser comme s’ils étaient encore sous Windows. Hé les mecs faut vous réveiller, vous êtes sous Gnu/Linux, un système totalement modulaire, composé d’une multitude de brique en tout genre que vous pouvez aisément remplacer par un autre. Ce n’est pas parce que l’éditeur de votre distribution fait des choix que vous êtes obligé de les suivre. Vous n’êtes plus sous Windows… Vous ne voulez pas de Unity-desktop, dans ce cas vous installerez gnome-shell et puis c’est tout. Et Mark Shuttleworth n’est pas idiot, s’il se rend compte qu’une majorité des utilisateur vire Unity il fera marche arrière, c’est tout. C’est ce qui fait la puissance du logiciel libre, utilisons là au lieu de troller.

Que conclure de tout ça : Je pense que le plus urgent est d’attendre. Attendre en essayant d’en savoir plus dans un premier temps puis essayer de participer de manière constructive au sujet. Pas forcément besoin d’être développeur pour contribuer au libre : En voila un très bon moyen. Au moins ça obligera les trolleurs en tout genre à réfléchir à une argumentation ça nous changer.

Menu Gnome : Quelques alternatives au menu par défaut

L’un des rôles principaux d’un gestionnaire de bureau comme l’est gnome c’est de nous proposer un menu pour accéder aux applications, documents et outils divers. À ce titre gnome dans sa configuration par défaut fournit la barre de menu que nous connaissons bien proposant les trois menus : «Applications», «Raccourcis» et «système». Mais ce n’est pas le seul choix possible, il existe des alternatives dont je vous propose de faire le tour ici.

Le menu principal Gnome

Ce menu reste assez peu utilisé mais il n’en présente pas moins quelques avantages. Il regroupe en fait la barre de menu traditionnelle dans un seul et unique menu… Prenez votre menu «Applications» ajoutez-y à la fin un séparateur, un sous menu «Raccourcis» et un sous-menu «Système» et vous y êtes… Solution simple et efficace, méthode gnome tout craché. C’est une solution que est intéressante pour ceux qui ne veulent utiliser qu’un seul panneau sur leur bureau car elle permet de tout avoir dans un seul élément qui prend peu de place sur le panneau, un seul icône suffit. Les utilisateurs de notebook apprécieront les fans de personnalisation avancé passeront leur chemin.

Menu principal de gnome
Le menu principal de Gnome

Et, il ne faut pas l’oublier, c’est, avec la barre de menu par défaut, la solution la plus réactive et légère.

Le menu «Mint»

Il s’agit du menu disponible dans la distribution LinuxMint. Si je ne me trompe c’est une version modifié du «menu principal» fourni avec SuseLinux. Il regroupe tout les éléments dans une seul fenêtre composé de trois panneaux. Un qui regroupe Les raccourcis et l’accès à différents éléments du systéme, un autre qui regroupe l’accès aux applications où l’on peut basculer entre un affichage des applications favorites et l’affichage de toutes les applications organisé de la même manière que dans le menu gnome traditionnel. Le troisième panneau affiche la liste des derniers fichiers ouverts.

MintMenu en mode Applications favorites
Le Menu Mint affichant les applications favorites
Capture du Menu Mint en mode «Applications»
Le menu Mint en mode Applications

Ces différents éléments sont disponibles via un système de plugin ce qui permet de n’afficher que les éléments que vous utilisez vraiment, chacun d’eux étant aisément configurable. Les développeurs ont su éviter l’écueil de la multiplication des options piège dans lequel bon nombre d’application de personnalisation du bureau tombe à pied joints (cf. les options de cairo-dock totalement inutilisable) Ce menu ne présente pas de gros défaut de mon point de vue. Si ce n’est l’inconvénient lié aux principes même de ces menus : L’affichage dans des dimensions fixes. Regrouper tout les éléments dans un seul affichage impose de fixer la taille de la fenêtre ce qui est un peu gênant il faut bien l’admettre quand on affiche toutes les applications. Un ascenseur est alors affiché. Personnellement cela ne me gêne vraiment que pour accéder aux menus «Administration» et «Préférences» pour les autres l’affichage des favoris me suffit la majorité du temps; mais il est vrai que c’est un point qui peut rebuter beaucoup d’utilisateur. Or il est difficile d’y échapper des que l’on veut utiliser ces menus avancés. À noter que dans l’affichage «Applications» la sélection de la catégorie se fait au survol de celle-ci ce qui permet de se rapprocher du comportement d’un menu classique et évite un clic superflu. Option que l’on peut qui plus est désactiver dans les préférences de l’application.

Gnomenu

Gnomenu est un autre menu avancé plus ou moins inspiré dans son organisation de ce qui a été fait pour le menu de KDE 4. Comme le précédent il regroupe l’ensemble des éléments dans une seule fenêtre en regroupant les différents éléments dans des onglets. Typiquement on a les onglets «Favoris», «Applications», «Ordinateur», «Fichiers récent».Certains thèmes proposant un panneau supplémentaire regroupant ou non les commandes d’extinction et/ou certaines applications d’administration. On touche là le principal défaut de ce menu : La confusion entre l’organisation du menu et son apparence. Le thème choisit impose tout : Les éléments affichés et l’apparence du menu. Si vous voulez retrouver facilement l’accès à synaptic par exemple mais que l’apparence des thèmes qui vous le proposent ne vous plaisent pas et bien tant pis pour vous. De plus ces thèmes sont totalement indépendant de celui de votre bureau, pour l’homogénéité on ira voir ailleurs. Par contre certains thèmes permettent l’accès aux marques-pages de Firefox. C’est une excellente idée mais je n’ai aucune idée de la façon dont il gère la présence de plusieurs profils Firefox ainsi que de plusieurs versions. Quelles sont les favoris affiché mystère. De même l’affichage est fait en vrac sans les dossiers et la barre de recherche n’est pas utilisable ici… Dommage, l’idée est bonne mais pas complète, gageons qu’à l’avenir cela va s’améliorer. Autre défaut : pour accéder aux applications d’une catégorie, il faut cliquer sur la catégorie et la liste s’affiche au même endroit ce qui implique que l’on reclique encore pour retrouver la liste. Certes une fois les applications courantes configurées dans les favoris cela devient moins gênant mais personnellement je ne suis pas fan de ce système. A contrario cela permet d’avoir un menu qui prend moins de place sur ce point c’est vraiment une question de préférence personnel. Autre point que m’énerve c’est la nécessité de redémarrer l’applet des que l’on change quelques choses dans les préférences, ce qui nous donne droit à chaque fois à un message de gnome-panel disant que l’applet s’est fermé et nous demandant si on veut le recharger. De plus l’application des préférences ne se fait qu’en refermant l’a boite de dialogue faisant totalement fi des recommandations d’usage des applications gnome…

Unity

Unity est l’interface proposé par canonical pour la version netbook d’Ubuntu. Bien qu’elle ne soit pas forcément prévue pour rien ne l’empêche de l’utiliser sur un ordinateur de bureau. Autant le dire tout de suite les conditions de tests était loin d’être optimales : Unity est prévue pour les écrans larges alors que j’utilise un écran 4/3,1 et Unity n’a pas bien fonctionné sur ma machine, je soupçonne la carte graphique assez ancienne de poser des problèmes à mutter même si ce n’est pas certain. Bon autant être clair Unity sur un PC de bureau n’a aucune utilité… même si pour une fois une application pense à exploiter la largeur que le marketing des fabricants d’écrans nous pousse à accepter; l’apport en terme d’ergonomie a peu d’intérêt sur un PC du bureau dont l’écran est suffisamment grand. En plus le projet est jeune est peut encore être grandement amélioré. Dans le cadre d’un netbook elle peut être intéressante mais je me ferais un avis définitif quand j’aurais l’occasion de l’utiliser dessus. Il y a par contre deux gros défaut à cette interface : Les applications Système apparaissent toutes ensemble, il n’y a plus de séparation préférences/administration. C’est dommage, c’est un point de facilité que je met souvent en avant auprès de ceux qui découvrent Ubuntu : «Là ce sont tes préférences à toi, tu peux bidouiller ça ne cassera rien d’irrémédiable mais là c’est pour l’administration, on te demande ton mot de passe, il faut faire plus attention» Ça a le mérite de la clarté.C’est le même reproche que je fais au gnome-control-center. On retrouve le même problème que le panneau de configuration de Windows (Ouuuh le gros troll 😉 ) Autre défaut, en haut de la fenêtre apparait les différentes catégories du menu mais seules les catégories par défaut sont présentes… Je ne sais pas si c’est un bug ou un choix volontaire mais si c’est un choix c’est un bug… Ce qui fait que les applications qui sont dans d’autres catégories (Programmation dans mon cas) n’apparaissent que si vous faites une recherche? Franchement plutôt incongru comme choix Surtout qu’il n’y a pas de gestion d’applications favorites c’est dommage ça résoudrait je pense pas mal de difficulté d’usage, même celles liées au cas particulier du netbook.

Cardapio

Cardapio se présente à l’affichage sous la forme d’un menu sur deux colonnes. La partie gauche regroupe les catégories et la partie droite affiche ce qui correspond à la catégorie sélectionné. C’est assez simple, l’astuce étant d’ajouter des éléments particulier en tant que catégories. Les raccourcis de Nautilus ou les documents récents apparaissant dans une catégorie supplémentaire par exemple.

Capture du menu Cardapio
Cardapion affichant les applications

À noter que la sélection de la catégorie peut se faire au choix au survol ou au clic tout dépend de ce que vous avez indiqué dans les options. Là aussi les options restent simple et compréhensible. La deuxième partie de la colonne de gauche regroupe quelques éléments particulier dont un nommé «centre de contrôle» qui permet de remplacer les catégories du menu par les catégories du gnome-control-center. L’idée n’est pas mauvaise et plutôt original sauf que encore une fois on perd la distinction préférence/administration qui me parait bien plus judicieuse que le tri par catégorie. La grande spécificité de Cardapio réside dans son système de recherche qui est redoutable et justifierai presque son utilisation à lui tout seul. Grâce à un mécanisme de greffon dont une bonne part fourni par la communauté d’utilisateur la recherche se fera non seulement parmi les éléments du menu mais aussi dans :

  • Les applications installés.
  • Les documents indexé par tracker (si celui-ci est installé)
  • Google
  • Les commandes disponible
  • Les notes Tomboy
  • Les vidéos YouTube
  • Les documents récents
  • et bien d’autres…

Une multitude de greffons en tout genre sont fournis par la communauté d’utilisateur ce qui ouvre des perspectives d’utilisation assez sensationnelles. et le résultat s’intègre directement dans le menu avec comme catégorie les différentes origines de ce qui a été trouvé

Cardapion affichant le résultat d'une recherche
Résultat de la recherche de «mon» dans Cardapio

Ce système est assez bluffant je dois bien le reconnaitre

Le menu idéal :

Allez amusons nous maintenant à faire un peu de prospective. Quel serait le menu idéal? moi je propose

  • un affichage dynamique plus proche d’un menu traditionnel.
  • Une gestion de favoris comme le propose MintMenu
  • Accès aux marque-pages du navigateur web (Firefox mais aussi les autres après tout) comme on peut le trouver dans gnomenu
  • un mécanisme de recherche équivalant à celui de Cardapio

Bon il est vrai que le premier point semble à première vue assez incompatible avec les suivants mais bon on peu toujours rêver.Quand à conseiller l’un plutôt que l’autre je ne m’y risquerais pas tout cela relève quand même beaucoup de la préférence personnelle. Je vous encouragerais plutôt à les tester vous-même.

Pour pouvoir les installer sur Ubuntu

Hormis Unity ces menus ne sont pas disponible par défaut dans les dépôts Ubuntu mais ils le sont tous via des ppa.

Pour le MintMenu ajouter ce ppa : ppa:webupd8team/mintmenu
Pour gnomenu ajouter le ppa : ppa:gnomenu-team/ppa
pour Cardapio ajouter le ppa ppa:cardapio-team/unstable

Maintenant à vous de tester et si vous en connaissez d’autres n’hésitez pas à en parler.


  1. Je suis totalement allergique à ces écrans large absolument pas prévue pour un usage informatique d’un ordinateur, un comble quand même 

Jamendo : Un exemple de nouvelle version raté.

Je vous avais parlé de la sortie de la nouvelle version du site Jamendo en indiquant au passage ce qui me semblait n’être que de simple défaut mineur mais après plus de temps passé à tester cette version je ne peux que constater qu’elle présente un nombre de régression importante. Normalement quand on sort une nouvelle version d’un site web on fait en sorte que ce soit à fonctionnalité égales mais là il faut bien constater que ce n’est pas le cas:

  • Disparition de la rubrique « Recommandation » (si c’est du à un manque d’exactitude de l’algorithme je peux le comprendre)
  • Plus de possibilité de télécharger la musique au format Ogg Vorbis il ne reste que le MP3 (Qui malgré qu’il soit gratuit est un format tout autant propriétaire que le WMA ou autre)
  • Plus de possibilité de choisir de télécharger par défaut via BitTorrent. Il faut interrompre le téléchargement normal puis cliquer sur un lien particulier pour accéder au .torrent
  • Plus moyen d’écouter un album dans mon logiciel de lecture, je suis obligé de passer par leur lecteur web ce qui m’empêche de fermer mon navigateur et de continuer à écouter (Serait ce le but poursuivi? Si c’est le cas j’espère qu’il y a une bonne raison)
  • Tout les widgets que j’utilisais pour faire connaître des albums via ce blog ne fonctionnent plus. À l’heure de la multiplication des réseaux sociaux et des sites de partage d’informations c’es une erreur grave, car c’est, à mon avis, le genre de fonctionnalités qui devraient au contraire être développé. (un flux RSS des Albums favoris par exemple, ou des derniers albums téléchargés par exemple.) non seulement pour faire connaître la plate-forme mais aussi et surtout les artistes.
  • Disparition de la liste des albums similaires à celui que vous consultez.
  • Suppression du moteur de recherche spécifique qui affichait les nom d’artistes ou d’albums en fonction de la frappe, simplement remplacé par une recherche Google.

Ça fait quand même un peu beaucoup tout ça. Certes la nouvelle interface est beaucoup plus claire et agréable à utiliser1 mais malheureusement le nombre de régression est trop important. J’ai déjà signalé cela sur le forum Bugs/Copyright du site (et je ne suis pas le seul) j’espère que cela permettra de corriger tout cela. En attendant je retourne sur l’ancienne version


  1. Et je suis le premier à reconnaître l’excellent boulot fait par les designer 

Avant Window Navigator ou Cairo-dock sous Ubuntu

Lors de mes tests avec Compiz j’en ai profité pour tester parallèlement Avant Window Navigator et Cairo-dock.
Pour ceux qui ne connaîtrait pas voici une capture faite avec Avant-Window-Navigator

Il s’agit donc de ce que l’on appelle couramment un « dock » faisant office de barre des tâches, de lanceur d’applications et proposant une série d’applet destiné à assurer des fonctions particulières (affichage du bureau, Menu principal, Switcher de bureau etc etc).

Installation

Attention ces deux applications sont encore relativement jeunes même si elles proposent toutes les deux des version dites stables elles sont loin d’être totalement matures ni vraiment finalisé de plus leur développement étant assez actif les mises à jour ne seront pas forcément d’une stabilité exemplaire.

Pour les deux applications il existe des dépôts apt. Ajoutez les lignes suivantes à votre fichier /etc/apt/sources.list (ou via synaptic menu configuration>>dépôts)

Pour Avant-Window-Navigator
deb http://download.tuxfamily.org/syzygy42 gutsy avant-window-navigator
Pour ajouter la clef de ce dépôt utilisez cette ligne de commande :
wget -q http://download.tuxfamily.org/syzygy42/reacocard.asc -O- | sudo apt-key add -
Pour Cairo-Dock
deb http://cairo-dock.vef.fr/ubuntu gutsy cairo-dock

Les paquets suivants sont à installer :
Pour Cairo-dock :

  • cairo-dock
  • cairo-dock-plug-ins

Pour AWN :

  • avant-window-navigator-bzr
  • awn-core-applets-bzr

Il faut savoir que vous trouverez sur getdeb une version plus récente d’AWN mais sans paquet d’applet ce qui en restreint considérable l’usage.

Démarrage :

Awn place un raccourci dans le menu application dossier Accessoire pour le lancer. Pour démarrer Cairo-dock faites ALT+F2 puis tapez cairo-dock dans la boite de dialogue.
Si vous voulez que lun des deux se lance automatiquement quand vous vous connectez, utilisez l’outil de configuration de votre session (Menu Système>>Préférences>>Session).

Petite comparaison.

Il est difficile d’être absolument définitif entre les deux, chacun ayant ses avantages et ses inconvénients.
Cairo-dock est certainement l’application qui offre le plus de possibilités des deux mais cela se fait au prix d’une complexité accrue. L’aspect visuel est plus flatteur voire même flamboyant. Les animations sont visuellement plus riches et agréables mais cela se fait au prix d’une réactivité moindre et à l’usage c’est finalement plus pénalisant qu’autre chose. L’autre point négatif est la configuration; c’est une horreur absolument pas clair. Entre le menu qui nous laisse penser que l’on a accès à des panneaux de configuration différents alors qu’ils affichent peu ou prou la même chose et ces mêmes panneaux dont le role des options présentés reste obscur ce n’est pas évident de s’y retrouver.

Graphiquement plus simple Avant Window Navigator est lui plus léger et plus réactif. Son intégration avec le desktop est meilleur car il propose un raccourci de lancement et l’accès à sa fenêtre de configuration dans le menu préférences. Par contre il faut reconnaître qu’il est plus instable et a tendance à se figer occasionnellement. Même s’il est plus simple que Cairo il dispose par contre d’un nombre de plugin plus important qui lui permettent au final de ne pas avoir à rougir devant son concurrent. Certain font double emploi mais en général c’est parce qu’ils proposent une interface différentes.1 La configuration est elle beaucoup plus simple et lisible et cela a le mérite de rendre cette application beaucoup plus accessible aux néophytes. En terme de fonctionnalité un point que j’aime vraiment ce sont les lanceurs d’applications qui font office de bouton de barre des tâches lorsque l’application est lancé c’est très pratique on ne se préocupe pas de savoir si l’application que l’on cherche est lancé ou pas on clique sur l’icône et basta elle est lancé on la retrouve, elle ne l’est pas elle démarre simple, claire et efficace.

Conlusion

Au final j’aurai tendance à pencher plus vers Avant-Window-Navigator mais c’est vraiment une question de goût personnel je vous invite vraiment à tester les deux avant de faire votre choix. Pour faire le lien avec mon billet précédent je dirais que Cairo-dock s’oublie un peu dans les effets visuels impressionnant en oubliant l’utilisateur au passage c’est parfait pour faire le geek mais pas pour l’utilisation quotidienne d’un PC par un utilisateur standard.

D’autres dock sont disponibles bien entendu vous pourrez trouver d’autres informations sur la page personnalisation (chapitre Docks) du Wiki Ubuntu-fr


  1. l’accès au menu principal de Gnome par exemple 

Bureau gnome, Compiz, Avant Window Navigator et réflexions sur d’ergonomie.

Depuis plusieurs jours je teste sur un portable une Ubuntu 7.10 avec Compiz installé histoire de pouvoir au moins le tester et de m’en faire ma propre opinion. et cela m’a amené petit à petit à me faire quelques réflexions sur l’ergonomie que je vous livre ici.

Compiz et Avant Window Navigator

Première réflexion : ça en jette, c’est vrai que c’est beau, les différents plugin disponible pour compiz permettent un ensemble d’effet plutôt impressionnant et en plus ça tourne très bien sur une machine relativement modeste1.
Mais ensuite vient la question de l’utilité et/ou de l’intérêt et la c’est beaucoup plus complexe. D’un point de vue marketing c’est énorme, ça impressionne bien plus que les simples effets de transparence de Vista, pour convaincre un switcher hésitant c’est un argument poids lourd mais mon propos est plutôt de l’intérêt lors de l’utilisation quotidienne d’un ordinateur.

Du point de vue de l’ergonomie en fait je suis plus mesuré. Les différents effets de Compiz sont accessible via différents plugin on peut donc adapter totalement son bureau à ce que l’on veut c’est une question de choix et ensuite les différents effets fournis par ces plugins sont accessible via des combinaison de touche. et ce mécanisme n’est pas sans poser des problèmes.

Premier problème : le choix est pléthorique dans l’absolu c’est un bien certes mais c’est aussi un mal car pour le switcher linuxien récent ça complique les choix. Ceci dit je pense que ça va se tasser avec le temps au fur et à mesure de l’avancement du projet il y aura une sélection naturelle qui se fera et les meilleurs émergeront du lot et les autres disparaîtront.
Deuxième problème : pour le choix du plugin le manque d’explication sur ce qu’apporte le plugin en question. Je sais que ce n’est pas évident à faire mais il faudrait vraiment améliorer la fenêtre de sélection pour qu’il puisse y avoir un peu plus d’information de ce point de vue.
Troisième problème : Les combinaisons de touches ne sont pas toujours évidentes voir certaines sont franchement tordus (Peut être que en anglais elles sont plus mnémotechnique ce serait à vérifier). Or l’utilisateur récent hésitera souvent à modifier ce genre de paramètres, surtout que pour certains plugins il faut aller chercher le quatrième voir le cinquième onglet pour les personnaliser, l’utilisateur lambda va rarement au delà du deuxième alors aller jusqu’à cinq n’y comptez pas.

En ce qui concerne avant Window Navigator je trouve que c’est pas mal, il nécessite certes de réorganiser l’ensemble des panels Gnome du bureau pour être pleinement exploitable mais ce n’est pas si gênant que cela. Par contre il manque encore certaines fonction que l’on aimerait pouvoir y trouver2 mais je pense que cela va arriver avec le temps. Par contre l’idée de n’utiliser qu’une seule et même icône comme lanceur d’application et comme bouton de barre des tâches est excellente, un peu déroutante au début mais très pratique au final.

Réflexion sur l’ergonomie plus généralement

Mes essais avec Compiz m’ont poussé à réfléchir sur ces problématiques d’ergonomie et je me suis fait au passage quelques remarques plus générales. Gnome est sans contexte un bureau très ergonomique et agréable à utiliser sauf qu’il est confronté à un problème relativement récent3 : La gestion des écrans larges. Petit à petit de plus en plus d’utilisateurs sont équipées d’écrans larges et dans ce contexte l’organisation de base du desktop Gnome n’est plus adapté. L’utilisation de deux barres l’une de menu en haut et l’autre de tâche en bas n’est plus du tout pertinente. Cela passe probablement très bien avec les écrans de grandes dimension (20″ et plus) mais sur des écrans de portables (15,4″ dans leur grande majorité) cela n’est pas du tout le cas. Il est vrai que ce bureau est complètement ré-organisable mais quasiment aucun des applets que l’on place sur ces panneaux ne sont adapté à une utilisation verticale.
Ce problème est même généralisable à l’ensemble des développement d’ailleurs qu’ils soient Web ou desktop. Quels sont les développeurs parmi vous qui se sont posés la question du rendu de vos applications en fonction des proportions de l’écran?4

Gnome s’est toujours voulu être un bureau le plus ergonomique possible et il ne le restera que si il s’adapte à ces contraintes. Ce n’est pas évident de définir exactement ce qu’il faut faire mais le constat est la : j’ai enlevé le panel du bas et le peu de place que j’ai récupéré sur un écran 15.4″ n’est pas négligeable.

Quand j’ai commencé ce blog il y a un peu plus de deux ans les écrans larges représentaient moins de 10% des visites pour ce mois je suis à 35%. Plutôt révélateur vous ne trouvez pas? Il faut que nous adaptions nos design t nos interfaces à ces écrans nous n’avons malheureusement pas le choix car les fabriquants nous imposent ces dimensions, en ce qui les concerne c’est uniquement par soucie d’économie ils ne se préoccupent pas de savoir si cela apporte vraiment quelque chose à l’utilisateur mais c’est une autre débat.

En conclusion

En ce qui concerne les interfaces 3D je dirai donc que globalement le système fonctionne, il est joli, performant et techniquement efficace mais il doit être encore amélioré. Seulement il ne faut pas oublier que ce qui doit compter avant tout ce n’est pas le bling-bling d’une interface pleine d’animation mais bien l’ergonomie de nos ordinateurs. Ces interfaces peuvent être très utiles si elles sont bien conçues mais encore faut-il que les développeurs ne se laissent pas emballer par la beauté de la chose et n’oublie pas qu’ils doivent apporter quelque chose d’utile lors de l’utilisation quotidienne d’un ordinateur. Il est d’ailleurs plus probable de pouvoir trouver cette démarche dans le monde du logiciel libre que dans celui de Microsoft ou cela fait longtemps que les impératifs marketing priment sur tout le reste. Cela reste donc des outils à surveiller, ils doivent être (et seront) encore amélioré mais finalement contrairement à ce que je pensais au départ il est possible que cela apporte réellement quelque chose à l’ergonomie de nos outils informatiques encore faut-il que cela ne soit pas oublié sur l’autel de l’esthétisme.


  1. AMD 64 Turion MK36 sur chipset ATI Radeon 1100 IGP 

  2. Comme l’affichage du bureau par exemple 

  3. problème auquel à mon avis aucun autre desktop n’a de solution d’ailleurs 

  4. quand on voit le nombre de blog par exemple qui s’affiche avec une largeur fixe on a la réponse