Aujourd’hui on vote…

Bon à moins que vous ne débarquiez d’une expédition extra-galactique quelconque vous êtes au courant que aujourd’hui dans une grande partie de l’Europe on vote. Je sais que beaucoup d’entre vous resteront chez eux aujourd’hui vautré dans vos canapés devant TF1 ou les doigts scotché sur votre clavier plutôt que de prendre cinq minutes pour aller glisser une enveloppe dans une urne. Je sais que si vous avez décidé de ne pas voter tout ce que je pourrais dire n’y fera rien mais je vais au moins dire pourquoi j’y suis allé ensuite ce sera à vous de voir.

Premier point : C’est d’une banalité affligeante mais la démocratie ne s’use que si l’on ne s’en sert pas. Il ne faut pas oublier que des gens sont morts pour acquérir et/ou conserver ce droit. Des milliers de personnes dans le monde sont prêtes à se sacrifier pour ce même droit. Jouer les indigné dans son fauteuil devant le 20h de TF1 quand une junte militaire quelconque embastille des opposants et rester chez soi aujourd’hui

Deuxième point : Le sens de cette élection. Je ne sais pas sur que tout le monde perçoit vraiment bien le coté énorme de cette élection du parlement européen. 27 pays qui il y a 65 ans étaient en train de se foutre joyeusement sur la gueule les uns les autres et qui on passait les 45 (j’arrondis un peu) années suivantes au bord de la destruction mutuelle. 27 pays dont plusieurs d’entre eux étaient encore il y a 20 ans totalement coupé des autres votent ensemble aujourd’hui pour élire démocratiquement leur représentant et organiser leur destin commun. Si ça on ne peut pas le qualifier d’énormes qu’est ce qu’il vous faut? Ça fait quand même parti des choses qui vous réconcilient avec l’espèce humaine. Et à ce titre il me semble impossible de ne pas voter aujourd’hui. Cette élection est trop chargé de sens pour l’envoyer bouler par dessus l’épaule comme un gadget sans importance.

Troisième point : De l’importance des institutions Européenne. Quel que soit le discours des personnalités politique nationale c ‘est à l’échelon européen que les problèmes réellement important se règlent. Le simple exemple du manque d’efficacité de divers plans de relance européens simplement parce que quelques grouillots plus préoccupé de défendre leurs prérogatives et leurs carrières n’ont pas été capable de travailler ensemble au bien commun est largement explicite. Tout les personnes qui se sont intéressé à la politique européenne le disent c’est la bas que tout se fait. Et cela devrait se passer sans moi? Hors de questions. Je passe mon temps (sur ce blog et ailleurs) à critiquer l’autisme de nos politiques ce n’est pas pour ne pas utiliser le seul moyen d’expression dont je dispose aussi imparfait soit-il!

Quatrième et dernier point : L’exercice de la démocratie au sein des institutions européenne. L’un des reproches fait couramment aux institution européenne est leur manque de démocratie. Certes pour certaines d’entre elles ce n’est pas faux c’est donc particulièrement important de participer à l’élection de la seule institution démocratiquement élue, la seule qui puisse se justifier d’une véritable légitimité démocratique. Le rôle du parlement européen n’a pas toujours été celui qu’il est aujourd’hui. Son pouvoir n’a cessé d’augmenter petit à petit1. Je vous conseille d’ailleurs de lire cet article de Jean Quatremer Le Parlement européen, mode d’emploi du blog Coulisses de Bruxelles. Si l’on veut que ces progrès continuent il faut être présent et montrer que l’on est attaché à cette institution. L’actualité récente nous l’a montré avec la loi Hadopi ou encore il y a quelques temps avec le rejet de la directive autorisant les brevets logiciels. Le parlement européen est un lieu ou nos libertés numériques de demain peuvent encore être protégé. Et s’il peut protéger celles ci pourquoi pas les autres? Mais cela ne peut se faire qu’a une seule condition : Qu’il soit légitimé par un véritable soutien démocratique.

Maintenant c’est à vous de jouer.


  1. et malheureusement le rejet de la constitution européenne a été un gros frein à ce progrès 

Loppsi : Pas si évident de trancher.

Après la loi Hadopi l’un des gros buzz en ce moment sur le web c’est bien entendu la Loppsi (Loi Organique de Programmation et de Performance pour la Sécurité Intérieure). Je voulais en parler plus tôt mais ça c’est révélé plus compliqué que prévu car tout simplement Loppsi n’est pas Hadopi.

Comme le souligne très bien Samuel dans ce billet la genèse de la loi a été beaucoup plus sérieuse. Elle a été faite par des professionnels plus soucieux d’efficacité que de lobbyisme et cela se comprend vite. l’interview du chef des cyber-flics français sur pc-inpact est assez explicite. On sent bien le professionnel sérieux qui cherche à avoir les outils qu’il estime nécessaire pour bien faire son boulot ni plus ni moins même si d’autre point de vues sont tout aussi défendable. Tout cela ne m’empêche pas de me poser pas mal de question à propos de cette loi.

AJOUT : Je vous conseille d’ailleurs cette article de Jean-Michel Planche Ma position sur la Loppsi Qui détaille beaucoup plus que moi les conséquences potentielles du filtrage du réseau coté opérateurs.

Histoire d’alimenter le débat quelques réflexions issu de mon abîme de perplexité.

  1. D’abord comme pour tout débat sur la sécurité en France il est quasiment impossible d’avoir une analyse juridique complète, claire et pédagogique du contenu de cette loi. Normalement ce devrait être le rôle des médias mais à l’heure ou le contenu se raccourcit de plus en plus autant rêver. Et non maître éolas n’a pas encore abordé le sujet.1
  2. En ce que concerne les mouchards le problème me semble beaucoup plus large et ne concerne pas seulement internet. Si on trouve normal, ou à la limite acceptable, que pour certaines raisons et avec toutes les précautions nécessaire on puisse mettre quelqu’un sous surveillance, écouter ses conversations téléphoniques voire placer des dispositifs d’écoutes chez lui je ne vois pas en quoi l’ordinateur devrait y échapper. Si on est pas d’accord avec ces dispositifs de surveillance c’est à l’ensemble de la politique pénale actuelle qu’il faut s’en prendre et là je dois bien reconnaître atteindre mes limites de compétence.

    Si le principe de recourir à ces méthodes ne me semble pas condamnable en soit, les conditions dans lesquelles on les autorise me paraissent elles beaucoup plus critiquable surtout actuellement. Vouloir attaquer la Loppsi sur ce terrain là me semble être donc un faux problème. De manière générale je dirais que c’est un combat qui doit se mener ailleurs notamment dans les urnes2.

  3. Quand à la problématique du filtrage il faut bien reconnaître que c’est du grand n’importe quoi. Mais en même temps je suis porté à croire que cela relève plus de la bêtise et de la paranoïa que du complot. Même si cela soulève beaucoup de question sur la capacité des hommes politiques à prendre en compte les évolutions de notre société. D’ailleurs à ce sujet je vous conseille ce commentaire de Benjamin Bayart sur le billet que j’ai cité plus haut. C’est à mon avis ça le cœur du problème. On a une élite3 qui en est encore à l’heure du minitel qui n’a toujours pas compris qu’internet est et doit être décentralisé ne serait ce que pour des raisons de sécurité et de fiabilité du réseau.

  1. D’ailleurs si quelqu’un me trouve un article vraiment complet il gagne un billet gratuit ici même 

  2. À ce propos n’oubliez pas de voter dimanche 

  3. pas seulement politique