Les grands noms de la science-fiction française contre Hadopi

Source : Tristan Nitot via identi.ca
Pierre Bordage, Ayerdhal, Philippe Caza, Laurent Genefort, Roland C. Wagner, Si vous êtes un habitué de la science fiction ces noms ne vous sont certainement pas inconnus, pour les autres je dirai simplement qu’ils font partie des grands nom du monde de la science fiction francophone. Des auteurs, des éditeurs, des critiques, des illustrateurs… Tous artistes, tous vivant de ce fameux droit d’auteur.
A part cela quel est leur point commun?

Ils viennent de publier ce texte : Qui contrôlera le futur sur génération science-fiction qui s’élève contre la loi internet et création. Encore une fois des artistes, ceux qui sont censé être protégé par cette loi, s’y oppose.

Il est difficile de ne pas trouver curieux comment cette loi que l’on nous présente comme cherchant à défendre le droit d’auteur et les artistes rencontre un très ferme oppositions des dits artistes des que l’on s’éloigne du cercle fermé des profiteurs du système mis en place par les majors.

En espérant que ces prises de position augmentent cela pourra aider à faire pression sur le députés lors du prochain débat.

À ce propos avez vous contacté votre député? D’ailleurs à propos de contacter les députés ce sont principalement les députés de la majorité qu’il faut contacter. Ce sont eux qui hésitent à la voter cette loi si on ne veut pas que la discipline de groupe l’emporte c’est sur eux qu’il faut mettre la pression.

Migration vers Tiny RSS : 1er bilan

Dans ma quête désespéré de la liberté informatique j’ai décidé de tenter de migrer de Google reader vers un mon propre service en ligne. J’ai donc installé Tiny Tiny RSS sur un serveur et récupéré tout mes flux qui étaient chez Google.

Après plusieurs jours d’utilisation que penser de Tiny-RSS ?
Fonctionnellement il n’y a pas grand chose à lui reprocher les fonctionnalités que l’on attend de ce genre d’outils sont là et fonctionnent correctement. Le seul point un peu dérangeant est le mécanisme de mise à jour. Sur un serveur mutualisé où on n’a pas forcément accès à tout ce n’est pas évident de le faire fonctionner. Il y a des moyens de le contourner mais ce n’est pas vraiment idéal.

Du point de vue de l’utilisation il n’y a pas vraiment de problème majeur mais on reste loin de l’ergonomie particulièrement simple de Google reader. Attention ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit, TT-Rss reste est tout à fait utilisable sans difficulté particulière mais là où chez Google en 3 clics de souris on se sent tout de suite à son aise il m’en a fallut un peu plus cette fois ci mais il faut dire que c’est un domaine où google excelle il faut au moins leur reconnaître ce talent.

En y ajoutant l’extension FireFox Tiny RSS Notifier en remplacement de Grnotifier1 cela fait un duo d’enfer particulièrement efficace totalement satisfaisant.


  1. qui ne fonctionne plus avec la dernière version d’ubuntu 

Quand les politiques nous prennent pour des cons il y a les les blogueurs

C’est ce que j’aime beaucoup avec les blogs : Quand un homme politique raconte n’importe quoi il y a souvent quelqu’un qui connaît vraiment le domaine en question pour remettre les pendules à l’heure. Cette fois ci c’est encore une fois maître éolas qui renvoi Éric Besson à ses études.

une première fois ici :
Du délit de solidarité et du mensonge des politiques
une deuxième fois là :
Haussons le niveau de Besson Lors d’une récidive lorsque un journaliste l’a confronté aux propos indiqué plus haut.
Et enfin là pour relayer l’action d’un collectif visant à démontrer définitivement la teneur du mensonge
Le mythe qui existait.

Franchement j’en ai ras-le-bol de ces mécréants vivement que l’on s’en débarrasse…

La nouvelle Fonera est disponible

Bon pour ceux qui ne le sauraient pas la Fonera est le routeur et point d’accès WIFI qui est utilisé par la Communauté FON pour partager collectivement son accès internet.
La Fonera 2 est donc maintenant disponible avec au menu un nombre de nouveautés particulièrement important.
Nous avons droit au menu :

  1. Partage de périphérique de stockage et d’imprimante via le port USB intégré.
  2. Deux ports réseau ça facilitera l’intégration dans les réseaux filaires existant. (un port connecté au modem et un autre sur le switch et ça suffit)
  3. Téléchargement et partage de fichier via bittorrent ou des sites web types youtube
  4. Partage d’une connexion 3G établie grâce à une clef USB adéquate via le WIFI
  5. Et bien entendu les services originaux des routeurs Fon sont toujours présent : La Fonera crée deux réseau Wifi, l’un privé l’autre accessible à tout les Foneros.
  6. De plus le logiciel intégré à la fonera étant libre il est fort probable que de nombreuse amélioration apparaissent ultérieurement

Pour en savoir plus sur le réseau Fon c’est par là : www.fon.com

Je dispose d’invitation pour avoir des réductions mais malheureusement uniquement sur la Fonera+ le modèle précédent. Si ça vous intéresse malgré tout envoyez moi un mail à lordphoenix (at) tuxfamily.org

Utiliser Dropbox sans nautilus sur plate-forme Debian / Ubuntu

Dropbox est un service en ligne qui fournit un espace de stockage pour vos fichier. Rien de bien extraordinaire me direz vous sauf que ce service a deux particularité qui le rendent intéressant.

  1. Ils fournissent un logiciel de synchronisation automatique aussi pour Gnu/Linux
  2. Ce logiciel est sous licence GPL donc libre

Le service idéal donc? Presque car un petit détail coince encore un peu : À priori ce logiciel n’est prévue pour fonctionne qu’avec Nautilus le navigateur de fichier de Gnome. Mais en fait on peut très bien après quelques manipulations passer outre cette limitation.

Comment faire

Cette procédure est basé sur cette page du wiki dropbox.

Ouvrez une fenêtre de terminal et placez vous dans votre dossier personnel.

Télécharger la version adéquate du client (la version 32 bit ou 64bits) en fonction de votre plate-forme

# par exemple pour la version 32 bit ça donne cela
$ wget -O dropbox.tar.gz http://www.getdropbox.com/download?plat=lnx.x86

On décompresse l’archive avec la commande tar
$ tar zxovf dropbox.tar.gz

On va maintenant utiliser un script python pour compenser l’absence de certaine bibliothèque.
D’abord on le télécharge :
$ wget http://dl.getdropbox.com/u/6995/dbmakefakelib.py
et on l’exécute :
$ python dbmakefakelib.py
À la fin ce script lance dropbox qui vous affichera un assistant permettant d’entrer les informations nécessaire au fonctionnement du service.
J’ai testé en me connectant sur un compte que j’avais créé auparavant directement sur le site dropbox n’ayant pas testé la création de compte via l’assistant je vous conseille de faire de même.

Une fois que cela est fait une icône est présente dans la zone de notification qui vous permettra d’accéder aux services dropbox.
Arrêter l’application pour pouvoir récupérer la main dans le terminal.
Maintenant il va falloir faire en sorte de démarrer dropbox à chaque démarrage de votre ordinateur.
ceci n’est valable que pour les distributions Debian ou basé sur Debian tel que toutes les variantes d’Ubuntu. D’autres scripts sont disponibles sur la page dont je me suis inspiré mais n’ayant pas pu les tester je préfère ne pas m’étendre dessus
Récupérez le code du script ci dessous et collez le dans votre éditeur de texte préféré.

# dropbox service
DROPBOX_USERS="user1 user2"
start() {
echo "Starting dropbox..."
for dbuser in $DROPBOX_USERS; do
HOMEDIR=`getent passwd $dbuser | cut -d: -f6`
if [ -x $HOMEDIR/.dropbox-dist/dropboxd ]; then
start-stop-daemon -b -o -c $dbuser -S -x $HOMEDIR/.dropbox-dist/dropboxd
fi
done
}
stop() {
echo "Stopping dropbox..."
for dbuser in $DROPBOX_USERS; do
HOMEDIR=`getent passwd $dbuser | cut -d: -f6`
if [ -x $HOMEDIR/.dropbox-dist/dropboxd ]; then
start-stop-daemon -o -c $dbuser -K -x $HOMEDIR/.dropbox-dist/dropbox
fi
done
}
status() {
for dbuser in $DROPBOX_USERS; do
dbpid=`pgrep -u $dbuser dropbox`
if [ -z $dbpid ] ; then
echo "dropboxd for USER $dbuser: not running."
else
echo "dropboxd for USER $dbuser: running (pid $dbpid)"
fi
done
}
case "$1" in
start)
start
;;
stop)
stop
;;
restart|reload|force-reload)
stop
start
;;
status)
status
;;
*)
echo "Usage: /etc/init.d/dropbox {start|stop|reload|force-reload|restart|status}"
exit 1
esac
exit 0


À la deuxième ligne du script remplacer user1 et user2 par les login des utilisateurs de votre ordinateur qui pourront utiliser dropbox. Attention n’effacez pas les guillemets et séparez les différents nom par des espaces.

Enregistrez le sous le nom de dropbox puis copiez le dans le répertoire /etc/init.d/
sudo cp dropbox /etc/init.d/dropbox
Il faut maintenant faire en sorte qu’il puisse être exécuté :
sudo chmod +x /etc/init.d/dropbox
Et enfin l’ajouter aux services à démarrer automatiquement
update-rc.d dropbox defaults
Normalement au prochain démarrage de votre ordinateur Dropbox sera directement accessible. Pour qu’il le soit tout de suite sans avoir à redémarrer faites :
sudo /etc/init.d/dropbox start

Quelques (petites) restriction malgré tout.

Il faut bien reconnaître que malgré tout il reste quelques limitations avec cette méthode. L’ensemble de l’intégration disponible dans nautilus n’existe bien entendu pas avec votre navigateur de fichier. Mais la grosse majorité des fonctions est présente et le service est tout à fait utilisable.
Il est d’ailleurs dommage que ses concepteurs n’aient pas pensé à plus séparer les composants de leur application. En fournissant d’un coté le paquet avec le daemon et d’un autre un paquet avec les mécanisme d’intégration au navigateur de fichier il aurait été bien plus facile à la communauté de l’adapter à d’autres environnements.

Voila maintenant à vous de faire…

Dell et Ubuntu : véritable intéret ou simple stratégie de communication?

Je viens de tomber sur ce billet Dell is ashamed of its Ubuntu-powered laptops d’un blogueur espagnol qui raconte une histoire surprenante qu’il a découvert en voulant s’acheter un portable Dell équipé de la distribution GNU/Linux Ubuntu.

l’histoire

Je résume pour les anglophobes : Pour faire son achat il se rend sur le site espagnol de Dell dédié aux ondinateurs vendu avec Ubuntu à l’adresse dell.es/ubuntu et là surprise il n’y a que des netbooks disponibles. Souhaitant se procurer un XPS- M1330 (anciennement disponible avec Ubuntu) il décide de s’en procurer un quitte à se faire rembourser par la suite la licence Windows1 . Afin de s’en assurer il contacte un commercial sur le chat Dell et lui demande comment se procurer ce modèle sans Windows et là énorme surprise le commercial lui fournit ce lien vers le modèle voulu avec Ubuntu2 ! Étrange quand même Dell masquerait volontairement une partie de sa gamme ! surprenant et difficile à comprendre.

Mais encore

Si on fouille un peu on s’aperçoit que c’est l’ensemble des sites européen de Dell qui sont concerné. Sur le site américain (dell.com/ubuntu) l’ensemble de la gamme est disponible.
Pratique difficile à comprendre quand même. Si encore ils cherchaient à limiter la vente à certaines zones géographique ce serait logique mais ce n’est pas le cas puisque dans notre exemple ce blogueur a pu acheter le modèle qu’il voulait. Il faut bien reconnaître que la logique de tout cela semble confuse.

Qu’en conclure

Faut-il en penser que la stratégie de Dell concernant l’offre Ubuntu n’est qu’une campagne de communication à destination des geek et qu’ils ne veulent pas que ces produits se vendent tant que cela? Cela reste difficile à croire quand même car c’est vraiment tordu3 et dans ce cas pourquoi ces mêmes modèles restent ils disponibles sur le site américain?
Ou alors y-a-t-il une réelle différence dans le succès de cette offre entre les états-unis et l’Europe ou une réelle difficulté pour Dell à fournir ces machines sur le vieux continent?
On peut aussi soulever l’option de pression de la part de Microsoft mais dans ce cas pourquoi ne pas mettre les même restriction sur le site américain?
Difficile de vraiment en tirer une conclusion si ce n’est malgré tout l’impression d’un gros foutage de gueule de la part de Dell dont l’image ne va pas vraiment sortir grandie de cette histoire.

Bref ce serait bien que maintenant que le lièvre est soulevé Dell y réponde.


  1. Visiblement il n’y a pas qu’en France où la vente lié commence à être attaqué 

  2. lien en erreur à l’heure actuelle 

  3. même si je ne serais pas surpris qu’un marketeu quelconque puisse avoir ce genre d’idée mais en général ils font ça plus finement 

NKM sur Twitter

J’ai découvert ce matin par un post de Tristan Nitot sur identi.ca : NKM autrement dit Nathalie Kausiusko Maurizet1 gazouille régulièrement sur Twitter
Une fois la surprise passé2 je dois dire que je ne sais pas trop quoi en penser. D’un coté ça me rassure, la voir là fait supposer qu’elle connaît probablement mieux internet et sa culture que certain de ses collègues3 et vu le poste qu’elle occupe (secrétaire d’état à l’économie numérique) c’est plutôt nécessaire et rassurant.
Mais d’un autre coté il faut bien reconnaître qu’il peut être difficile de trouver cela sérieux. Malgré les quelques grands noms que l’on peut y trouver twitter ressemble plus à un jouet pour adolescent boutonneux qu’a un outil de communication sérieux pour ministre. Mais faut-il restreindre la démarche à l’outil utilisé? Je ne crois pas, après tout rien n’empêche d’écrire un chef d’œuvre avec un bic.

Je n’arrive vraiment pas à me faire une opinion ferme la dessus. Pour l’instant, ce serait plutôt l’impression positive qui l’emporterait mais c’est loin d’être définitif.


  1. je ne garanti pas l’orthographe si je me trompe dites le 

  2. ben oui en période d’hadopi ce genre d’info ça vous interpelle un geek quand même 

  3. notamment celle en charge de la culture 

Quand les marketeux rencontrent la technique…

Ça donne ça :
APN : un capteur 12 mégapixels à éviter ? – Les Numériques.

Ça fait des années que je le répète autour de moi : La course aux mégapixels des appareils photo est une arnaque marketing qui n’a comme seul conséquence un absence totale d’innovation dans les autres domaines et la création d’une obsolescence artificielle qui n’a comme seule but de nous vider le portefeuille. Et surtout des appareils dont les photos sont de qualités plus que douteuse.
à noter cette phrase particulièrement :

il est impossible de différencier à l’oeil nu un tirage de 20×30 cm fait à partir d’une image de 6 mégapixels d’un autre de même taille fait avec 12 mégapixels : le gain en précision est invisible, 6 mégapixels suffisant à atteindre les limites de l’oeil. La différence est en revanche évidente si le 12 mégapixels souffre de bruit, d’une dynamique limitée et de variations colorimétriques…

Enfin lire ça dans le presse spécialisé fait plaisir… J’ai un peu moins l’impression d’être seul au monde à réfléchir.