LordPhoenix's Blog

Informatique, Internet , Logiciels libres, photographie et petites histoires.

Catégorie : Humeurs et opinions (Page 1 sur 8)

État de guerre

282px-Balance_justiceOn a vu ces derniers temps le monde du numérique s’opposer à plusieurs projet de loi ayant des conséquences sur l’internet ou pour ses acteurs. Il s’agissait notamment de la loi de programmation militaire et de la récente loi sur le renseignement.  Mais considérer ces lois uniquement dans le contexte numérique n’est-il pas une erreur. Ne sont-elles pas à placer dans un contexte plus large éclairant cette fois la relation entre l’état (notamment français mais je pense que l’on peut appliquer cette réflexion à tout les pays occidentaux) et les citoyens? Relations qui ici doivent se comprendre sous le sens de l’équilibre entre la force de l’état et les droits des citoyens.

Le reproche que l’on fait à ces lois est de placer dans les mains des services de polices ou de renseignement des outils qui permettent de mettre en place une surveillance massive des communications des citoyens sans aucun contrôle du pouvoir judiciaire. On a ici clairement des lois qui font pencher l’équilibre en faveur de l’état et au dépend des citoyens

Mais ces lois ne sont pas les seuls surtout si on s’écarte du secteur du numérique. Prenons celui de la justice et remontons en arrière, on rencontre alors les lois dites Perben et Perben II (du nom de l’ancien garde des sceaux) auxquelles on a reproché de diminuer fortement les droits de la défense. Dans le domaine de la sécurité aussi, on a vu beaucoup de loi qui ne consistait qu’a renforcer la répression et uniquement celle-ci, renforçant un peu plus le bras armé de l’état.

Si on continue à remonter le temps on rencontre aussi les tristement célèbres LSQ et DADVSI  qui ont marqués les premiers pas dans les tentatives législative de mettre au pas Internet.

Il ressort de tout ça une impression lourde, d’un coté on renforce la répression, de l’autre on s’attaque au droit de la défense (ie les droits des plus faibles), d’un autre encore on attaque le droit à la vie privé en facilitant la surveillance de masse sans contrôle judiciaire. La vue d’ensemble est terrifiante, l’état a-t-il si peur de ses concitoyens qu’ils doivent ainsi faire pencher la balance à son avantage?

Cette situation est d’autant plus effrayante qu’elle ne concerne pas que la France. Les USA ont largement ouvert la voie de l’espionnage de masse, avec la collaboration très large de plusieurs services d’état européens. L’Angleterre a été un maillon fort de ces dispositions.

Tout cela révèle une situation ou on est face à un vrai conflit qui va bien plus loin que celui des anciens contre les modernes comme ont pu le décrire certain. Et ce conflit va bien au delà de l’Internet.

De la à parler d’un état de guerre c’est peut-être un peu fort mais on n’en aura rarement été plus proche.

Non réponse à la consultation du BEREC

Voici la non réponse que j’ai envoyé au BEREC (bureau européen en charge de la régulation des télécoms) pour leur dernières consultation publique sur la neutralité du net. Libre à vous de vous en inspirez pour envoyer la votre. L’adresse où écrire est : pm@berec.europa.eu

Pour plus de détails sur le pourquoi de cette non-réponse voir la publication de la quadrature du net http://www.laquadrature.net/fr/node/5962

Mesdames, Messieurs.

Je vous contacte dans le cadre de la consultation sur la neutralité du
net. Je ne répondrai pas au questionnaire que vous avez diffusé car je
pense que vous avez déjà les réponses.

La neutralité du  réseau en Europe est menacée, vous le savez. Une
étude récente menée par vos services le montre
(http://erg.eu.int/doc/consult/bor_12_30_tm-i_snapshot.pdf), les
témoignages publiés sur respectmynet.eu aussi ; La neutralité du net
est, en europe, une illusion.

Il n’est plus temps de discuter, il n’est plus temps d’espérer qu’une
concurrence libre et non-faussée (totalement faussée par le manque de
compréhension du problème par les consommateurs) privilégie les acteurs
qui la respecteraient. Il est temps de réellement la protéger de la
seule manière efficace qu’il soit : par la loi.

En comptant sur vous pour que cessent ces atermoiements afin que
l’ensemble des européens puisse profiter d’un véritable Internet neutre
et ouvert.

La Quadrature du net ou l’ACTA de quoi voulons nous la fin?

La question est simple en fait : De qui voulons nous la fin? Celle de la quadrature du net ou celle de ACTA, LOPPSI ou autres HADOPI? Si vous avez déjà la réponse vous savez ce qu’il faut faire c’est par là que ça se passe : http://soutien.laquadrature.net.

ACTA et consorts

Pour ceux qui hésiteraient je vous passe la nouvelle du jour : Orange confirme la mise en place d’un mécanisme de filtrage conformément à la loi LOPPSI2. Et ça n’est que le début. Voila ce qui a été annoncé il y a quelques jours : le conseil de l’Union Européenne veut faciliter les mesure de blocage de sites internet toujours bien sur sous prétexte de lutte contre la diffusion contenu pédopornographique bien entendu. Alors vous voulez quoi : http://soutien.laquadrature.net

Autre chose, si vous avez suivi un peu les dossiers récemment, ne croyez pas que l’ACTA soit mort. Les commissions qui ont voté pour son rejet n’avaient dans le processus qu’un rôle mineur. La commission INTA (commerce international), celle pleinement en charge d’ACTA, doit voter le 21 juin. Et cela sera suivi par le vote en séance plénière aux alentours du 3 ou 4 juillet. C’est là ou les lobbyistes vont se déchaîner. Je vois le truc gros comme une maison d’une étude quelconque totalement vide de sens mais avec un gros titre dans le genre «Piracy cost jobs» qui va aterrir sur le bureau des députés. Ce n’est donc pas fini. Il faut continuer, il est impératif que les députés entendent un autre sons de cloche que celui des lobbyistes dans les jours qui vont précéder le vote.

Et pourquoi je parlais de fin au début de ce billet? Tout simplement parce que l’on en n’est pas loin : L’ACTA que l’on croyait inévitable il y a quelques années la quadrature (et bien d’autres mais je les connais moins) ont presque réussi à le dégager. Le boulot qui a été fait est énorme mine de rien, un traité international rejeté par la puissance de la mobilisation des citoyens ça n’est pas une petite anecdote. Largement de quoi comprendre pourquoi Internet leur fait peur après tout… Mais ce n’est pas fini pour autant. Il y a encore du boulot pour achever ACTA, mais aussi pour tout ce qui va arriver par la suite. De mémoire je citerais IPRED2 (directive sur le droit d’auteur) ainsi qu’une autre concernant la lutte contre la diffusion en ligne des abus sexuel sur mineurs. Prétexte bien commode pour faire peur et justifier n’importe quoi. Mais on n’est pas loin aussi d’une autre fin qui elle serait bien plus grave :

La fin de la quadrature?

Ben oui faut pas se tromper ; passer des heures entre Paris, Bruxelles et Strasbourg ça coûte cher. Les heures au téléphone avec les députés européens ça coûte cher. Décortiquer les déclarations des uns et des autres pour pouvoir y répondre intelligemment ça demande du temps donc ça coûte cher. Dégonfler les arguments bidons des lobbyistes en tout genre c’est pareil, ça prend du temps et ça coûte cher. Et les compte de la quadrature malheureusement il n’y a pas de grande multinationales pour les remplir et ces comptes se creusent.

Le constat est simple : Avec le fonctionnement actuel le budget tient jusque août. Avec un peu de chance en serrant les budgets (notamment les salaires des permanents) ça peut marcher sur trois pattes jusqu’à la fin de l’année. Encore une fois on n’a jamais été aussi près de gagner et on pourrait perdre dans la dernière ligne droite… Perdre tout ça pour une simple histoire de sous ça ferait quand même sacrément chier.

donc en gros, au cas où tu n’aurais pas compris : Tu me sors ta carte bleue, ton compte paypal, tes bitcoins tout ce que tu veux ou as et tu vas la : http://soutien.laquadrature.net

Bon allez d’accord disons que t’as pas un radis et que tu préfère acheter un kilo de pâtes pour tes gosses, je te comprends les mômes ça passe avant, alors dans ce cas tu prends ton facebook, ton twitter, ton blog, tout ce que tu as sous la main et tu me diffuse ça : http://soutien.laquadrature.net

Et si tu pouvais en plus faire les deux ça serait l’idéal. Ben oui quoi! racontes nous un peu pourquoi tu soutiens la quadrature!

Soutenez La Quadrature du Net contre ACTA et au-delà !

Le terroriste, les jeux vidéo et le grand méchant Internet.

Ça n’a pas manqué… Comme à chaque fois on y a eu droit. À peine les élucubrations et les rapprochements faciles entre le massacre d’Oslo et les arabes intégristes musulmans terminé, on a eu droit au discours sur le grand méchant internet et les dangereux jeux vidéo. Avec comme à chaque fois les mêmes approximation, la même vision déformé et le même objectif politique : désigner un coupable sur qui taper plutôt que de réfléchir.

Premier coupable : Internet, le cinglé en question aurait eu accès à des textes politiques sur Internet et ce serait construit un idéologie à partir de ceux ci… Quel crime! Quel abominable crime! Permettre à n’importe qui de se construire une vision politique de la société est absolument un crime impardonnable n’est-ce pas? C’est surprenant comment en changeant légèrement l’angle de vision de sujet le problème change radicalement de signification. Certes les doctrines et actes promus par ce genre d’écrit sont fondamentalement abject et innommable mais en quoi il faudrait y voir la responsabilité d’Internet? Le danger vient-il d’Internet ou des gens? Qu’il y ait des cinglés qui professent des insanités sur Internet c’est exact mais en présentant Internet comme coupable ou rate complétement le problème. Le problème n’est pas qu’il y ait un outil qui permette d’y avoir accès. Le problème est que des gens les écrivent, que d’autres les lisent et les gobent. Le problème ce sont les personnes qui sont au bout pas le moyen. On est en train de confondre l’outil et la cause, c’est totalement absurde et ça témoigne d’une capacité d’analyse plutôt limité. Car on peut pousser ce raisonnement plus loin aussi. Après tout ça fait des siècles que les livres permettent au plus grand monde d’avoir accès à des écrits monstrueux (de mémoire je citerais Mein Kampf par exemple). Alors qu’est-ce qu’il faut faire? Surveiller, contrôler, filtrer tout ce qui concerne l’écriture et la lecture des livres? C’est dans une certaine mesure effectivement le cas; On peut, relativement, facilement faire interdire un livre, c’est exact. Mais cette procédure s’attaque justement à la source, à l’écrit lui-même, qu’un juge indépendant aura déclaré contraire à la loi. Elle ne s’attaque pas au moyen d’accès, elle ne s’attaque pas à l’ensemble du système qui permettent à un citoyen d’accéder au livre qu’il veut quand il le veut. C’est une différence énorme.

Deuxième coupable : Les jeux vidéos, alors là on touche vraiment au grand n’importe quoi. «Les jeux vidéos banalisent l’usage de la violence», mais bien sur et la violence quotidienne de notre société elle n’y serait pour rien peut-être? Les étalages caricaturales des pires formes de violence criminelle dans la moindre série policière n’y serait pour rien peut-être? Du grand n’importe quoi! C’est l’intégralité de notre société qui est violente quoi que l’on en dise. Dans ce contexte qu’un cinglé use donc d’une violence extrême n’est en rien surprenant. Surtout que en ce qui concerne la banalisation de la violence certains discours politiques ne sont pas des plus exemplaires, et non je ne parle pas particulièrement de l’extrême droite (je pense notamment à celui ci). Que des gens prononçant ou soutenant ce genre de discours cherchent ensuite à donner des leçons sur la banalisation de la violence je trouve ça d’une honnêteté intellectuelle douteuse. Certes on peut trouver ici ou là des exemples d’addiction ou de déni de la réalité de joueur compulsif mais le problème ici n’est en rien le jeux vidéo, encore une fois ce n’est qu’un moyen par lequel s’exprime un problème particulier. Ils ne sont pas plus responsable que le marteau que votre voisin a utilisé pour défoncer le crâne de sa femme. Un gamin qui cherche à fuir la réalité en se plongeant dans les jeux vidéos a un problème on est d’accord mais pas un problème de jeux vidéos. L’important est de chercher pourquoi ce besoin de fuir pas de s’attaquer au moyen qu’il utilise.

Le plus inquiétant dans cette histoire c’est ce que ça révèle plus que le contenu lui même. Alors que ce genre d’événement devraient nous amener à nous poser des questions sur la place de la violence dans nos sociétés, sur le rôle que joue la récupération des idées d’extrême droite par une droite adepte du populisme fascisant, on préfère véhiculer l’image facile d’un coupable. Que certains discours politique abuse de cela est déjà en soi inquiétant mais que les médias se fasse le relais d’une telle bêtise est plus inquiétant. Alors que ce sont eux les premiers qui devraient prendre du recul, réfléchir, analyser les problèmes et se poser les questions, les journalistes ne font que relayer  commentaires et petites phrase. C’est une excellente illustration de l’adage : «Là ou la communication progresse, l’information régresse» et l’information pour qu’une démocratie fonctionne est fondamentale. Quand l’information s’enrhume c’est toute la démocratie qui est malade.

 

e-g8, les internautes et M. Sarkozy

Le grand raout médiatique du moment est donc le e-g8. Rencontre pompeusement mise en scène entre auto-proclamé « grand » de l’internet le tout patronné par M. Sarkozy au nom de son internet civilisé. Cette pitoyable mascarade démontre assez bien finalement la vision de l’internet de M. Sarkozy. L’internet de M. Sarkozy c’est l’internet du business. M. Sarkozy les aime bien lui les Zuckerberg et autres « grand » de l’Internet, il n’a pas de problèmes avec eux et je pense qu’il doit bien aimer parader au milieu d’eux.

Par contre les autres gens de l’internet c’est un autre problème. Nous les petits, ces sans-grades, qu’ils soient blogueurs, simple commentateur, ou autre, tout ces petits contributeurs qui font que Internet est vivant et humain. Qui font que nous nous créons de nouvelles communautés avec lesquelles nous échangeons commentaires, idées, musique ou film. Ces gens là M. Sarkozy veux les contrôler, les surveiller, pouvoir maintenir leur carnet d’adresse à disposition de la police, pouvoir couper leur accès à Internet, pouvoir les empêcher d’aller sur ces méchants site de pédophilie1 et tout cela bien sur en évitant le plus possible qu’un juge2 ne vienne y mettre son nez ce ne serait pas marrant sinon.

Franchement M. Sarkozy vous allez nous prendre pour des cons encore longtemps? Au cas où vous ne l’auriez pas compris, M. Sarkozy, le vrai Internet, celui qui est vivant, celui qui permettra à de nouvelles méthodes d’exercice de la démocratie d’apparaître c’est le notre, à nous les petits. C’est celui qui a permis à @slim404 et ses concitoyens de s’organiser jusqu’à faire tomber un dictateur. C’est celui des simples citoyens qui s’en servent pour exercer leur liberté d’expression. Le votre et celui des Zuckerberg et consors c’est celui des profiteurs, des parasites, des vendeurs de vent et des marketeux, ils n’ont rien à voir avec nous. Certes nous en avons besoin (un peu) et nous utilisons leurs services, mais ils ne forment pas le cœur et l’âme d’internet. Ceux qui lui donnent son rythme, sa vie, en faisant circuler informations et idées ce sont nous les petits.

Alors les petits, quand ils voient ce grand barnum d’e-g8 vous savez ce qu’ils en pensent M. Sarkozy? Après 4 années de politique répressive, après l’Hadopi, la LOPPSI 2, le décret sur rétention des données, votre e-g8 franchement c’est du plus haut ridicule. Ça ne nous fait plus peur en fait. Vous pouvez essayer de promouvoir votre internet civilisé M. Sarkozy, e-g8 ou pas ça ne marchera pas. Ça ne marchera pas car nous vous attendons les armes à la main M. Sarkozy. Votre ridicule pantalonnade ne vous sauvera pas. Nous sommes en guerre et nous sommes légions…


  1. Hou la « Sarkozy » et « pédophilie » dans le même billet je vais faire exploser mes stats 

  2. autre empêcheur de flicer en masse 

Envoyez Polanski aux états unis

Je me doute que ce titre va en faire bondir quelques en mais franchement j’en ai rien à foutre car cette histoire m’énerve particulièrement. Commençons par reprendre cette affaire depuis le début…
Elle commence en 1977 M. Polanski couche avec une jeune fille de 13 ans, consentante ou pas dans toutes les démocratie occidentale (et même beaucoup d’autres) cela s’appelle un viol ni plus ni moins. Et que l’on ne vienne pas me parler de présomption d’innocence le procès a eu lieu, le monsieur a plaidé coupable de détournement de mineur et a été donc été condamné pour cela; point barre, circulez il n’y a plus rien à voir, le monsieur doit purger sa peine. Pour x raisons M. Polanski décide de se faire la malle avant l’audience à laquelle le tribunal est censé lui prononcer la-dites peine. Si aujourd’hui il est en taulle c’est uniquement pour cela. Je ne vois pas ce qu’il y a de choquant à ce que la justice d’un état de droit réclame qu’un condamné soit présent lorsque sa peine va lui être prononcé. J’aurai même tendance à penser que eu égard aux droits de la défense c’est la moindre des choses.
Même si l’on peut émettre beaucoup de réserve sur le système judiciaire américain1 on est loin d’une justice totalement aveugle aux droits de la défense et de l’homme. Surtout que les capacités financières de M. Polanski lui permette largement de se payer les avocats nécessaire pour assurer sa défense.2 je ne m’inquiète absolument pas pour lui sur ce plan là, il est et sera défendu et même très bien défendu ça ne fait aucun doute.

Quand à l’arrestation elle même je suis sidéré des réaction indignées qu’elle provoque. Certes elle ressemble à un traquenard mais après tout ça fait trente ans qu’ils lui courent après qu’ils aient fait en sorte que cette fois il ne leur échappe pas n’a rien de particulièrement choquant, je vous rappelle que nous parlons bien d’un coupable pas d’un prévenu ça fait quand même une sacré différence. Il ne faut pas se leurrer pour chacun d’entre nous ça fait longtemps que l’on aurait parlé de «cavale d’un dangereux pédophile». Surtout que encore une fois cela a lieu dans un pays démocratique où les décisions de police et de justice peuvent être remise en question par des voies tout à fait accessible à M. Polanski.

Dernier point qui m’exaspère au plus au point dans cette affaire, la multiplication des réactions indignés. Au nom de quoi M. Polanski devrait échapper à la justice ? Pour quels raisons il n’aurait pas à assumer les conséquences de ses actes? Actes qu’il a lui même reconnu. Si encore on avait eu droit à des interrogations justifié par des arguments juridique sur la procédure américaine pourquoi pas mais non. Au nom de son talent, de sa supposé valeur artistique M. Polanski serait au dessus des lois? Et puis quoi encore à ce que je sache il n’existe pas d’immunité artistique. Et je ne parle même pas de la réaction du ministre de l’inculture la culture qui vient de participer à cette mascarade constitutionnelle qu’a été le vote sur la loi dites Hadopi2 elle est particulièrement choquante. Ce monsieur a été reconnu coupable, il l’a reconnu lui même, je ne vois pas au nom de quoi il aurait le droit d’échapper à la justice.

Attention par contre ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit, je ne cherche pas à réclamer quoi que ce soit en termes de condamnation contre M. Polanski, je laisse ce soin à la justice américaine. Il est même probable que si j’estime par la suite que l’éventuelle condamnation relèverait plus de l’acharnement judiciaire que de la justice je ne serais pas le dernier à m’en offusquer et à m’exprimer. Je me contente de considérer qu’il est normal qu’un tribunal veuille faire comparaitre un condamné qu’il a déclaré coupable.
Maintenant si vous n’êtes pas d’accord avec moi vous pouvez vous lâcher dans les commentaire mais attention mon trollomètre sera réglé sur ultra sensible vous avez intérêt à avoir des arguments.

Mise à jour : Pour les détails juridiques de l’affaire je vous conseille la lecture ce billet de l’excellent Maître Éolas.


  1. et je suis loin d’être le dernier à le faire 

  2. c’est traditionnellement le principal reproche que l’on fait, et probablement à juste titre, au système américain 

Aujourd’hui on vote…

Bon à moins que vous ne débarquiez d’une expédition extra-galactique quelconque vous êtes au courant que aujourd’hui dans une grande partie de l’Europe on vote. Je sais que beaucoup d’entre vous resteront chez eux aujourd’hui vautré dans vos canapés devant TF1 ou les doigts scotché sur votre clavier plutôt que de prendre cinq minutes pour aller glisser une enveloppe dans une urne. Je sais que si vous avez décidé de ne pas voter tout ce que je pourrais dire n’y fera rien mais je vais au moins dire pourquoi j’y suis allé ensuite ce sera à vous de voir.

Premier point : C’est d’une banalité affligeante mais la démocratie ne s’use que si l’on ne s’en sert pas. Il ne faut pas oublier que des gens sont morts pour acquérir et/ou conserver ce droit. Des milliers de personnes dans le monde sont prêtes à se sacrifier pour ce même droit. Jouer les indigné dans son fauteuil devant le 20h de TF1 quand une junte militaire quelconque embastille des opposants et rester chez soi aujourd’hui

Deuxième point : Le sens de cette élection. Je ne sais pas sur que tout le monde perçoit vraiment bien le coté énorme de cette élection du parlement européen. 27 pays qui il y a 65 ans étaient en train de se foutre joyeusement sur la gueule les uns les autres et qui on passait les 45 (j’arrondis un peu) années suivantes au bord de la destruction mutuelle. 27 pays dont plusieurs d’entre eux étaient encore il y a 20 ans totalement coupé des autres votent ensemble aujourd’hui pour élire démocratiquement leur représentant et organiser leur destin commun. Si ça on ne peut pas le qualifier d’énormes qu’est ce qu’il vous faut? Ça fait quand même parti des choses qui vous réconcilient avec l’espèce humaine. Et à ce titre il me semble impossible de ne pas voter aujourd’hui. Cette élection est trop chargé de sens pour l’envoyer bouler par dessus l’épaule comme un gadget sans importance.

Troisième point : De l’importance des institutions Européenne. Quel que soit le discours des personnalités politique nationale c ‘est à l’échelon européen que les problèmes réellement important se règlent. Le simple exemple du manque d’efficacité de divers plans de relance européens simplement parce que quelques grouillots plus préoccupé de défendre leurs prérogatives et leurs carrières n’ont pas été capable de travailler ensemble au bien commun est largement explicite. Tout les personnes qui se sont intéressé à la politique européenne le disent c’est la bas que tout se fait. Et cela devrait se passer sans moi? Hors de questions. Je passe mon temps (sur ce blog et ailleurs) à critiquer l’autisme de nos politiques ce n’est pas pour ne pas utiliser le seul moyen d’expression dont je dispose aussi imparfait soit-il!

Quatrième et dernier point : L’exercice de la démocratie au sein des institutions européenne. L’un des reproches fait couramment aux institution européenne est leur manque de démocratie. Certes pour certaines d’entre elles ce n’est pas faux c’est donc particulièrement important de participer à l’élection de la seule institution démocratiquement élue, la seule qui puisse se justifier d’une véritable légitimité démocratique. Le rôle du parlement européen n’a pas toujours été celui qu’il est aujourd’hui. Son pouvoir n’a cessé d’augmenter petit à petit1. Je vous conseille d’ailleurs de lire cet article de Jean Quatremer Le Parlement européen, mode d’emploi du blog Coulisses de Bruxelles. Si l’on veut que ces progrès continuent il faut être présent et montrer que l’on est attaché à cette institution. L’actualité récente nous l’a montré avec la loi Hadopi ou encore il y a quelques temps avec le rejet de la directive autorisant les brevets logiciels. Le parlement européen est un lieu ou nos libertés numériques de demain peuvent encore être protégé. Et s’il peut protéger celles ci pourquoi pas les autres? Mais cela ne peut se faire qu’a une seule condition : Qu’il soit légitimé par un véritable soutien démocratique.

Maintenant c’est à vous de jouer.


  1. et malheureusement le rejet de la constitution européenne a été un gros frein à ce progrès 

Vote électronique : le retour par la petite porte

Alors que après les problèmes et levers de bouclier qui avaient accompagné l’apparition du vote électronique lors des dernières élections on pouvait raisonnablement espérer que le sujet était quasiment enterré ou presque. Mais voila qu’il revient aujourd’hui par la petite porte et dans sa forme la pire puisqu’il s’agit ici de vote par internet. Et pour organiser le retour de la bête immonde on a choisi bien discrètement une élection qui bien entendu ne fait pas la une des média celle de l’AFE. (Assemblé des Français de l’Étranger). Heureusement Marianne2 a mit le doigt dessus C’est évidemment plus facile de mettre en place un système d’élection anti-démocratique dans une élection dont on ne parle pas plutôt que de risquer l’apparition du pataquès au 20H.
Ça devient vraiment de plus en plus délirant cette obstination, alors que quasiment toutes les personnes un tant soit peu au point sur la question sont contre avec un argumentaire bétonné à souhait, n’importe quelle personne sensé aurait abandonné mais non ce gouvernement continue. C’est comme avec l’Hadopi tout le monde sait que c’est du grand n’importe quoi mais on continue.

Vraiment l’impression d’être pris pour des cons…

Quand les politiques nous prennent pour des cons il y a les les blogueurs

C’est ce que j’aime beaucoup avec les blogs : Quand un homme politique raconte n’importe quoi il y a souvent quelqu’un qui connaît vraiment le domaine en question pour remettre les pendules à l’heure. Cette fois ci c’est encore une fois maître éolas qui renvoi Éric Besson à ses études.

une première fois ici :
Du délit de solidarité et du mensonge des politiques
une deuxième fois là :
Haussons le niveau de Besson Lors d’une récidive lorsque un journaliste l’a confronté aux propos indiqué plus haut.
Et enfin là pour relayer l’action d’un collectif visant à démontrer définitivement la teneur du mensonge
Le mythe qui existait.

Franchement j’en ai ras-le-bol de ces mécréants vivement que l’on s’en débarrasse…

NKM sur Twitter

J’ai découvert ce matin par un post de Tristan Nitot sur identi.ca : NKM autrement dit Nathalie Kausiusko Maurizet1 gazouille régulièrement sur Twitter
Une fois la surprise passé2 je dois dire que je ne sais pas trop quoi en penser. D’un coté ça me rassure, la voir là fait supposer qu’elle connaît probablement mieux internet et sa culture que certain de ses collègues3 et vu le poste qu’elle occupe (secrétaire d’état à l’économie numérique) c’est plutôt nécessaire et rassurant.
Mais d’un autre coté il faut bien reconnaître qu’il peut être difficile de trouver cela sérieux. Malgré les quelques grands noms que l’on peut y trouver twitter ressemble plus à un jouet pour adolescent boutonneux qu’a un outil de communication sérieux pour ministre. Mais faut-il restreindre la démarche à l’outil utilisé? Je ne crois pas, après tout rien n’empêche d’écrire un chef d’œuvre avec un bic.

Je n’arrive vraiment pas à me faire une opinion ferme la dessus. Pour l’instant, ce serait plutôt l’impression positive qui l’emporterait mais c’est loin d’être définitif.


  1. je ne garanti pas l’orthographe si je me trompe dites le 

  2. ben oui en période d’hadopi ce genre d’info ça vous interpelle un geek quand même 

  3. notamment celle en charge de la culture 

Page 1 sur 8

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén